Ecoutez Radio Sputnik
    Facebook

    Californie: un homme poursuivi pour des messages anti-musulmans sur Facebook

    © AP Photo / Matt Rourke
    International
    URL courte
    877

    Un Californien risque d’être mis sous les verrous pour avoir laissé sur les réseaux sociaux des commentaires offensant les musulmans. D’autre part, on trouve sur le Net des musulmans qui s’offensent eux-mêmes pour dénoncer ensuite le «racisme»…

    Mark Feigin, 41 ans, est poursuivi par la justice californienne pour des commentaires qu'il a laissés sur la page d'un groupe musulman sur Facebook en 2016.

    La partie civile insiste sur le fait que M. Feigin persécutait à dessein des représentants d'une religion sur Internet, en citant plusieurs de ses commentaires, où il faisait un parallèle entre l'islam et le terrorisme et offensait les musulmans.

    Ce cas relance les discussions sur la restriction de la liberté de la parole sur Internet aux États-Unis.

    Il est à noter que le jour même, une autre histoire a surgi sur le Net. Un certain Shaf Patel, musulman connu pour ses commentaires virulents sous des tweets de Donald Trump, a adressé à lui-même, a-t-on appris, des messages offensants en utilisant un faux compte. Il s'est plaint ensuite de ces mêmes messages en accusant les partisans du Président d'intolérance et de racisme. À un moment donné, il a oublié de changer de compte et a envoyé un message «semant la haine» de son compte réel.

    Cependant, il est peu probable que Shaf Patel soit poursuivi en justice pour ces activités, car aux États-Unis, semble-t-il, seul un Blanc peut être raciste.

    Lire aussi:

    La Russie pourrait lancer une attaque surprise contre l’Europe, spécule Die Welt
    En Algérie, la première cause de la prolifération «inquiétante» du cancer est culinaire
    Les jus de fruits 100% naturels présentent un danger mortel, révèlent des médecins français
    Tags:
    islam, réseaux sociaux, Internet, xénophobie, justice, Facebook, Californie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik