Ecoutez Radio Sputnik
    Mike Pompeo

    Le chef de la CIA est toujours persuadé que Pyongyang pourrait frapper des villes US

    © REUTERS / Carlos Barria
    International
    URL courte
    23715

    La probabilité que la Corée du Nord puisse tirer dans quelque mois des missiles nucléaires sur le territoire des États-Unis reste toujours très forte, estime le directeur de la CIA Mike Pompeo.

    Dans une interview accordée à la chaîne CBS, le chef de la CIA Mike Pompeo a confirmé ses préoccupations du mois d'octobre concernant la capacité de Pyongyang de lancer une ogive nucléaire vers les États-Unis dans «quelques mois».

    «Elle [la menace d'une frappe, ndlr.] demeure identique. Oui [dans quelques mois, ndlr.]. Mais je ne peux pas être plus précis», a —t-il déclaré.

    En même temps, il a réfuté les allégations selon lesquelles la sous-estimation des capacités nucléaires de Pyongyang était un échec du renseignement américain.

    «J'étais l'un de ceux qui parlaient directement des erreurs quand nous manquions quelque chose. Mais ce n'est pas le cas», a-t-il ajouté.

    Selon lui, ces derniers mois, les services de renseignement américain se représentent mieux ce que Kim Jong-un et son entourage font.

    «Nous avons une très bonne évaluation de leurs capacités militaires et l'état de préparation de leurs énormes forces», a souligné M.Pompeo rappelant qu'à part des armes nucléaires, la Corée du Nord disposait d'un important volume d'armes conventionnelles.

    Auparavant, le New York Times avait écrit que des services américains de renseignement avaient mal informé l'administration Trump concernant la vitesse de développement du programme nucléaire nord-coréen.

    Lire aussi:

    CIA: les USA n’ont que quelques mois pour prévenir une frappe nord-coréenne
    Pyongyang qualifie de chantage la politique US à son égard
    Les USA s’attendent à de nouveaux tirs de missile de Pyongyang
    Tags:
    Mike Pompeo, Donald Trump, Corée du Nord, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik