Ecoutez Radio Sputnik
    Le lever de soleil

    Des avions-espions US détectés près de la Crimée

    © Sputnik . Anna Dedkova
    International
    URL courte
    12849

    La Crimée a fait dimanche l’objet de toutes les attentions de deux avions de reconnaissance américaine qui ont passé des heures à proximité de la frontière russe en mer Noire.

    Deux avions militaires américaines, un avion de patrouille maritime de la Marine US P-8A Poseidon et un drone stratégique de l'US Air Force, le RW-4A Global Hawk, ont effectué dimanche une opération de reconnaissance d'envergure le long des frontières russes en mer Noire, ont annoncé les sites internet qui surveillent les déplacements des avions militaires.

    Selon les données fournies, un drone stratégique de l'US Air Force, un RW-4A Global Hawk immatriculé 12-2050, lancé depuis de la base aérienne de Sigonella, en Sicile, a volé pendant plusieurs heures le long de la côte criméenne à partir de son extrémité occidentale jusqu'au détroit de Kertch et au territoire de Krasnodar jusqu'à Sotchi.

    Parallèlement, un avion de patrouille maritime de la Marine US P-8A Poseidon immatriculé 168432 (nom de code PS076) a réalisé un vol de reconnaissance au sud-ouest de la ville criméenne de Sébastopol et non loin de Novorossiysk.

    La semaine dernière, d'autres avions de reconnaissance américains ont été repérés à proximité des frontières russes en Baltique. Jeudi et vendredi, un avion-espion de l'Armée de l'air américaine RC-135W immatriculé 62-4134, a passé plusieurs heures près des frontières terrestres et maritimes de la région russe de Kaliningrad, enclavée entre la Lituanie et la Pologne.

    Lire aussi:

    Un avion-espion US repéré près de la Crimée
    Deux avions US ont survolé la zone de tirs des navires russes en Méditerranée
    Nouveaux vols de reconnaissance US-Otan près de bases russes et de Kaliningrad
    Tags:
    RQ-4 Global Hawk, avion de reconnaissance, vol de reconnaissance, Boeing P-8 Poseidon, Sébastopol, Novorossiïsk, Crimée, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik