Ecoutez Radio Sputnik
    Heurts en Palestine

    Les vrais alliés de la Palestine sont «principalement à l'Est et non à l'Ouest»

    © Sputnik . Issam al-Rimavi
    International
    URL courte
    7220

    Commentant les menaces des États-Unis d'interrompre le financement de l'UNRWA, le Dr Mazin Qumsiyeh, professeur à l'Université de Bethléem, a déclaré à l’agence Sputnik que les Palestiniens n'avaient jamais bénéficié de l'aide financière américaine et que leurs vrais alliés étaient «principalement à l'Est et non à l'Ouest».

    Après la décision de Trump, le 6 décembre 2017, de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël et d'y transférer l'ambassade de son pays, les États-Unis viennent de menacer l'autorité palestinienne de couper les aides financières à l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), si celle-ci s'obstinait à refuser de revenir à la table des négociations. Or, «les États-Unis avaient déjà réduit leur contribution à l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) de 290 millions de dollars et 250 millions de dollars en 2016 et 2017», rappelle dans son propos à Sputnik Mazin Qumsiyeh, professeur à l'Université de Bethléem, commentant la décision américaine.

    M.Qumsiyeh a expliqué que l'argent contribuait à fournir deux segments, dont un, qui engloutit environ 50 millions de dollars, est lié à la sécurité israélienne.

    L'argent américain, sert surtout à donner les moyens à Israël de continuer sa politique, a estimé Mazin Qumsiyeh, en ajoutant que 100 millions de dollars supplémentaires étaient «des fonds pour l'infrastructure, l'environnement et l'éducation qui ne vont pas à l'Autorité palestinienne».

    «L'argent est dépensé par les États-Unis principalement pour encourager l'État d'Israël à poursuivre sa politique d'occupation, un système d'apartheid. Par exemple les États-Unis aident à la construction des routes qui contournent les colonies israéliennes ou à construire des points de contrôle pour Israël», ajoute M.Qumsiyeh.

    Selon lui, l'essentiel est que Washington aide réellement Tel-Aviv et protège les intérêts nationaux américains au lieu de fournir de l'aide aux Palestiniens, «tant mieux qu'ils aient coupé cette aide».

    M.Qumsiyeh a noté que le Président Trump était «très sérieux» à propos de la réduction du financement de l'UNRWA, mais que le président américain n'avait sans doute pas réfléchi aux conséquences.
    Conférences et Alliés

    À la question visant à savoir si la Palestine retournerait à la table des négociations, il a expliqué qu'à son avis les autorités palestiniennes devraient cesser de coopérer avec «des gens comme Donald Trump» et comprendre que leurs vrais alliés sont «principalement à l'Est et non à l'Ouest».

    Le 2 janvier, Trump a écrit sur sa page Twitter que la Palestine «n'était plus disposée à parler de paix» avec Israël, et a remis en cause la question des centaines de millions de dollars versés à l'UNRWA pour forcer les belligérants à reprendre les négociations.

    Plus tôt, l'ambassadeur des États-Unis auprès des Nations unies, Nikki Haley, avait averti que les États-Unis couperaient le financement de l'agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens à moins que l'Autorité palestinienne ne revienne à la table des négociations.
    L'UNRWA, pour sa part, a publié une déclaration disant qu'elle n'avait pas été informée d'un changement de financement.

    Pour rappel, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a réitéré dimanche son appel à démanteler l'agence des Nations unies pour l'aide aux réfugiés de Palestine (UNRWA), qu'il accuse d'être « anti-israélienne ».

    Lire aussi:

    Les risques que recèle la réduction de l'aide US aux réfugiés palestiniens
    Alger réagit à la décision américaine d’arrêter le financement de l’Unrwa
    Netanyahu veut fermer l'agence de l'Onu qui aide les réfugiés palestiniens
    Tags:
    financement, arrêt, UNRWA, Nikki Haley, Donald Trump, Mazin Qumsiyeh, Palestine, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik