Ecoutez Radio Sputnik
    Kremlin

    La Main du Kremlin s’étendrait-elle jusqu’au Mexique?

    © Sputnik . Eugueny Biyatov
    International
    URL courte
    La Main du Kremlin
    24242

    Les États-Unis, l’Allemagne, le Royaume-Uni, sans oublier la Catalogne… la zone d’influence du Kremlin ne serait pas complète si l’on n’y rajoutait pas la Mexique, estime évidemment le conseiller de Donald Trump à la sécurité nationale. Dans son récent discours il a prévenu des «signes débutants» de l’ingérence russe à la présidentielle mexicaine.

    Après avoir contribué au référendum catalan, la Main du Kremlin s'occuperait d'une nouvelle cible, à savoir la présidentielle mexicaine, comme semble en être convaincu le conseiller de Donald Trump à la sécurité nationale, Herbert McMaster.

    Lors d'une conférence antiterroriste en décembre dernier, Herbert McMaster a ainsi mis en garde contre une éventuelle ingérence de la Russie dans les prochaines élections présidentielles au Mexique.

    Comme on le sait, un homme averti en vaut deux et heureusement, la partie américaine a réussi à reconnaître «les premiers signes» de cette ingérence, à savoir la «désinformation et la propagande». Selon le conseiller de Donald Trump à la sécurité nationale, cité par The Hill, la Main du Kremlin met en place son plan de perturbation de l'élection présidentielle mexicaine par le biais, évidemment, de cyber-instruments. Il s'agit d'une tentative «de polariser les sociétés démocratiques, de déclencher une crise de confiance et de saper l'unité en Europe», précise Herbert McMaster en évoquant l'«ingérence russe lors du référendum catalan».

    Le sénateur russe Frants Klintsevich a réagi suite à cette «mise en garde» de la part des Américains. Sur son compte Facebook il a ironisé sur le fait qu'il ne restait plus aux États-Unis que d'accuser la Russie d'être intervenue dans les élections d'un maire d'un petit village étranger pour achever le tableau:

    «La Main du Kremlin est omniprésente. Au début, nous sommes intervenus dans l'élection du Président américain, ensuite dans le référendum en Catalogne et maintenant nous avons ciblé la Mexique. Eh bien, nous y voilà, et cette personne est responsable de la sécurité nationale aux États-Unis.»

    Lire aussi:

    Moscou suit de près les déclarations de Donald Trump, mais pas celles de ses conseillers
    Entre Trump et son conseiller à la sécurité, le torchon brûle
    Un conseiller de Trump commente la création d’un canal secret avec le Kremlin
    Tags:
    La Main du Kremlin, Kremlin de Moscou, Herbert Raymond McMaster, Donald Trump, Moscou, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik