Ecoutez Radio Sputnik
    une attaque terroriste massive de drones ciblant la base aérienne de Hmeimim

    Moscou publie les photos des drones ayant participé à l’attaque de Hmeimim et Tartous

    © le ministère russe de la Défense
    International
    URL courte
    331444

    Le ministère russe de la Défense a publié les photos des drones utilisés par les terroristes pour attaquer la base aérienne de Hmeimim et la base de soutien logistique de Tartous en Syrie.

    Pour la première fois, les terroristes ont massivement utilisé des drones lancés depuis une distance de 50 km en usant de techniques modernes de guidage selon les coordonnées satellitaires GPS, annonce le ministère russe de la Défense.

    ​«Les solutions d'ingénierie auxquelles les terroristes ont eu recours lors de l'attaque contre des objectifs russes en Syrie n'ont pu provenir que d'un des pays possédant de hautes capacités technologiques qui assurent la navigation satellite et le largage d'engins explosifs improvisés conçus d'une manière professionnelle dans les coordonnées de destination», lit-on dans le communiqué du ministère.

    Selon le document, tous les drones auxquels les terroristes ont eu recours lors de cette attaque ont été munis de capteurs biométriques et de servomoteurs commandant les gouvernes de profondeur. Des détonateurs de procédure étrangère avaient été utilisés dans les engins explosifs improvisés attachés aux drones.

    Dans la nuit du 6 janvier, des systèmes russes de défense aérienne ont torpillé l'attaque terroriste massive de drones ciblant la base aérienne de Hmeimim et la base de soutien logistique de Tartous, relate le ministère russe de la Défense.

    Lire aussi:

    Moscou: les terroristes possèdent des technologies pour faire des attentats dans tout pays
    Attaque de drones contre Hmeimim et Tartous: «nouvelle page dans l’histoire du terrorisme»
    Les drones impliqués dans l'attaque en Syrie seraient au nombre de 13
    Tags:
    Hmeimim, Tartous, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik