Ecoutez Radio Sputnik
    Les corps des victimes civiles des hostilités à Mossoul

    Le nombre des victimes civiles de bombardements fait un bond de 42% en 2017 (étude)

    © AP Photo / Felipe Dana
    International
    URL courte
    0 02

    Plus de 15.000 civils ont été tués par des armes explosives en 2017, soit une augmentation de 42% par rapport à l'année dernière, tandis que les frappes aériennes ont augmenté de 82%, révèle une nouvelle étude de Action on Armed Violence.

    Le nombre de civils tués dans des bombardements a augmenté de 42% en 2017, par rapport à l'année 2016, c'est ce que révèle un rapport de Action on Armed Violence, qui affirme que les statistiques officielles sur les morts civils sont à la hausse. Toutefois, elles restent modestes par rapport aux «vrais chiffres».

    Cette augmentation est en grande partie due aux opérations visant à reprendre les bastions de Daech de Mossoul, en Irak, et de Raqqa, en Syrie. Le conflit syrien et la coalition dirigée par les Saoudiens qui ont bombardé le Yémen ont également provoqué une forte proportion de victimes civiles.

    L'enquête a révélé que 8.932 civils avaient été tués par des explosifs aériens au cours des 11 premiers mois de 2017, contre 4.902 au cours de la même période en 2016.

    «Au moins 60 pays à travers le monde ont vu utiliser des armes explosives l'année dernière», a signalé à RT Iain Overton, le directeur exécutif de l'organisation. «Nous avons toujours reconnu que nos données représentaient probablement un chiffre inférieur au nombre total de civils tués ou blessés, ce qui pourrait être le cas», a-t-il ajouté.

    Commentant le cas de la «mère de toutes les bombes» du Président Donald Trump, larguée en Afghanistan en mars, Overton a expliqué à RT: «Quand une énorme bombe conventionnelle, que le monde n'a jamais vu, est larguée, l'explosion qui s'ensuit détruit la preuve qui permet de distinguer si quelqu'un était un combattant ou un civil».

    De plus, Overton dénonce le fait qu'«il y a des zones interdites à de nombreux journalistes, car ils pourraient être kidnappés ou exécutés. Ces deux réalités fondamentales remettent plus que jamais en question les rapports sur le terrain».

    Action on Armed Violence a surveillé les comptes rendus d'incidents en langue anglaise pour rassembler ses données. Ces chiffres sont plus élevés que ceux fournis par les représentants des gouvernements, mais plus modestes que ceux compilés par d'autres groupes de surveillance, comme Airwars.

    Le groupe basé au Royaume-Uni surveille les décès en Irak et en Syrie. Il a constaté que les pertes civiles causées par les opérations dirigées par les États-Unis contre Daech se situaient entre 11.000 et 18.000.

    «Au total, 1.751 personnes ont été tuées ou blessées dans des dommages causés par des explosifs au Yémen au cours des 11 premiers mois de 2017», a déclaré Overton à RT, «Ceci est cependant susceptible d'être inférieur au chiffre réel en raison de la rareté des rapports précis sur le terrain», a-t-il ajouté.

    Lire aussi:

    La coalition US aurait tué 8.000 civils à Mossoul, selon une ONG
    11 civils tués, plusieurs blessés dans un raid de la coalition US dans le nord-est syrien
    Mars sanglant: un nombre record de civils tués en Iraq et en Syrie par la coalition US
    Tags:
    victimes civiles, augmentation, Daech, Ian Overton, Afghanistan, Syrie, Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik