International
URL courte
Julian Assange réfugié à l'ambassade de l'Equateur à Londres, 2012-2019 (127)
11434
S'abonner

Pour la première fois l'Équateur chercherait un médiateur pour régler l’«insoutenable» cas d’Assange. Est-ce les récentes déclarations du fondateur de WikiLeaks sur la Catalogne qui ont entraîné cette déclaration?

Les autorités équatoriennes cherchent un moyen d'expulser le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, de son ambassade à Londres, où il séjourne depuis cinq ces dernières années, annonce le Daily Mail.

Comme l'a annoncé la chef de la diplomatie équatorienne Maria Fernanda Espinosa, le gouvernement équatorien est à la recherche d'une «médiation» pour trouver un accord avec le Royaume Uni sur la situation «insoutenable» de Julian Assange.

«Nous explorons la possibilité d'une médiation (…) Il pourrait s'agir d'un pays tiers ou d'une personnalité», a déclaré Maria Fernanda Espinosa.

Cette déclaration intervient quelques mois après que le Président équatorien ait demandé au fondateur de WikiLeaks, qui s'était prononcé en faveur de l'indépendance de la Catalogne, d'éviter de faire des déclarations susceptibles d'affecter les relations internationales de Quito. À son tour Julian Assange a accusé Lenin Moreno d'essayer de le faire taire à propos des «violations des droits de l'homme en Espagne».

Il est à rappeler que craignant une extradition vers la Suède pour un viol présumé qu'il nie, Julian Assange, 46 ans, a trouvé asile en 2012 auprès de l'ambassade d'Équateur à Londres.

Le parquet suédois a depuis classé l'affaire, mais l'Australien craint d'être arrêté, s'il sort de l'ambassade, puis extradé et jugé aux États-Unis pour la publication par WikiLeaks de secrets militaires et de documents diplomatiques américains en 2010. La publication de ces documents avait valu à Julian Assange, qui a créé WikiLeaks en 2006, un statut de paria aux États-Unis. Ses défenseurs voient en lui le champion d'un mouvement mondial pour la transparence et la démocratie.

Dossier:
Julian Assange réfugié à l'ambassade de l'Equateur à Londres, 2012-2019 (127)

Lire aussi:

L’Allemagne réagit aux menaces US contre le gazoduc Nord Stream 2
Alain Finkielkraut s’attaque à son tour à Didier Raoult
Trump menace de «fermer» les réseaux sociaux après le signalement de ses tweets
Une soirée avec de l'eau de Cologne comme apéritif tourne au drame en Tunisie
Tags:
ambassade, WikiLeaks, Julian Assange, Equateur, Catalogne, Royaume-Uni, Espagne, Londres
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook