International
URL courte
3100
S'abonner

Malgré l'accord conclu entre le Japon et la Corée du Sud en 2015 réglant l'épineuse question des «femmes de réconfort», Séoul estime que Tokyo doit présenter davantage d'excuses aux victimes de l'esclavage sexuel organisé par l'armée nippone pendant la Seconde Guerre mondiale.

Intervenant lors de la conférence de presse annuelle le Président sud-coréen Moon Jae-in a de nouveau soulevé le problème des «femmes de réconfort» qui gêne les relations entre les deux pays depuis plusieurs décennies.

«Le problème sera résolu définitivement quand le Japon présentera ses excuses du fond du cœur et que les victimes le pardonneront», a-t-il déclaré avant d'évoquer le statut «officiel» de l'accord bilatéral conclu en 2015.

L'accord en question a été conclu pour résoudre le problème «des femmes de réconfort» de façon définitive et irréversible. Aux termes de ce document, le Japon a versé un milliard de yens (8,8 millions d'euros) de dédommagement pour financer une fondation chargée d'aider les victimes.

Pourtant, aujourd'hui, la plupart des Sud-Coréens n'acceptent pas cet accord qui a été conclu par leur précédent gouvernement. Séoul continue à exiger que le Japon se repente correctement et réclame des dommages et intérêts pour les «femmes de réconfort» qui sont encore en vie en Corée du Sud.

Selon des historiens, jusqu'à 200.000 femmes, pour la plupart des Coréennes, mais aussi des Chinoises, des Indonésiennes et des ressortissantes d'autres pays asiatiques, ont été enrôlées de force dans les bordels de l'armée impériale japonais.

Lire aussi:

Deux millions de Français contaminés par le Covid-19, affirme une étude britannique
Un couple gagne pour la deuxième fois au loto en 35 ans, voici leur secret
Le préfet de Paris estime que les personnes en réanimation sont celles qui n'ont pas respecté le confinement
Tags:
esclavage sexuel, Femmes de réconfort, Corée du Sud, Japon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook