Ecoutez Radio Sputnik
    Pigs

    Embargo sur le porc: Moscou peut aussi «attaquer en justice l’action intentée par l’UE»

    CC0 / Pixabay
    International
    URL courte
    13472

    La Russie a décrété un embargo sur le porc européen en réponse aux sanctions de l’UE qui a porté plainte devant l'OMC. Pourtant, les Européens avaient été les premiers à violer les règles de l'organisation par leurs mesures restrictives unilatérales, a rappelé à Sputnik l’avocat espagnol José Maria Vinals Camallonga.

    Tout d'abord, les sanctions antirusses de l'UE violent le droit international, car elles ont été introduites à titre unilatéral et n'ont pas été avalisées par l'Onu à la différence, par exemple, des sanctions visant l'Iran ou la Corée du Nord, a déclaré à Sputnik l'avocat José Maria Vinals Camallonga, spécialiste du droit international à la Lupicinio International Law Firm, en Espagne.

    «La Russie est membre à part entière de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et, comme tout autre État faisant partie de l'OMC, elle peut recourir à ses mécanismes pour régler des conflits qui peuvent surgir. Aussi, peut-elle également attaquer en justice l'action intentée par l'Union européenne», a souligné l'interlocuteur de l'agence.

    Et d'ajouter que la Russie ne violait pas les normes internationales, ses mesures restrictives ayant été adoptées en réponse et étant tout à fait proportionnelles.

    «La politique pratiquée par Bruxelles contre Moscou s'est finalement retournée contre les intérêts de l'Union européenne. […] En tant que spécialiste en matière de sanctions, je peux dire que le comportement de l'UE est dérisoire et illégitime», a estimé l'interlocuteur de Sputnik.

    Et de prévenir qu'en cas de retrait hypothétique de la Russie de l'OMC, les Européens seraient les principaux perdants, suite à la complication d'accès au grand marché russe extrêmement important.

    «Je tiens à rappeler encore un détail. Dans le cadre de l'OMC, le plus [grand nombre, ndlr] d'actions en justice ont été intentées à l'encontre des États-Unis (129) et de l'Union européenne (83). Cela veut dire que Washington et Bruxelles violent le plus les règles de l'organisation», a résumé l'expert.

    L'UE a intenté une action contre la Russie auprès de l'OMC pour récupérer 1,39 milliard d'euros afin de compenser les pertes liées à l'embargo russe sur la viande porcine en provenance d'Europe. L'OMC doit d'abord déterminer la légitimité des revendications de l'UE avant d'envisager des sanctions.

    Cette compensation de 1,39 milliard d'euros correspondrait à la valeur totale des exportations de porcs européens vers la Russie, uniquement pour l'année 2013, avant l'imposition des sanctions. Moscou a décrété en janvier 2014 un embargo sur l'ensemble du porc européen, motivé par des cas de peste porcine africaine (PPA) et d'autres cas découverts en Lituanie et en Pologne.

    Lire aussi:

    Sanctions antirusses: Bruno Le Maire propose à Moscou une «manœuvre» éventuelle
    Trump menace de retirer les États-Unis de l’OMC
    L'OMC «trahit» l'UE et soutient Moscou
    Tags:
    peste porcine africaine (PPA), marché, sanctions antirusses, embargo, porc, Lupicinio International Law Firm, OMC, ONU, Sputnik, José Maria Vinals Camallonga, Washington, Bruxelles, Corée du Nord, Moscou, Iran, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik