International
URL courte
Meurtre de l'ambassadeur russe en Turquie (45)
1141
S'abonner

La police turque a arrêté un homme soupçonné d'être impliqué dans l'assassinat de l'ambassadeur russe Andreï Karlov, tué le 19 décembre 2016 à Ankara, annoncent des médias locaux.

Dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat de l'ambassadeur russe en Turquie, Andreï Karlov, les autorités turques ont arrêté un homme soupçonné d'être impliqué dans l'attaque, déclare jeudi le journal Sabah.    

Selon les sources du journal, le suspect serait un membre de l'organisation du prédicateur islamique d'opposition Fethullah Gülen (FETO) et pourrait jouer un rôle clé dans l'organisation du meurtre du diplomate russe. Il aurait été licencié du service public en raison de ses relations avec le FETO. L'homme a été détenu peu de temps, il a été relâché par la suite. En outre, la personne arrêtée utiliserait le programme ByLock, qui, selon les autorités turques, est utilisé par les membres de FETO pour échanger des messages cryptés.

Précédemment, cinq personnes ont été arrêtées dans le cadre de l'enquête, dont trois anciens policiers, le chef du groupe de presse Guru Medya et l'organisateur de l'exposition de photos à laquelle l'ambassadeur a été tué.    

Le 19 décembre 2016, un homme armé a tiré dans le dos de l'ambassadeur russe en Turquie Andreï Karlov, au moment où le diplomate visitait l'exposition photo « La Russie vue par les Turcs » à Ankara. L'agresseur, né en 1994, s'appelait Mevlut Mert Altintas et était membre d'une unité spéciale de la police. Il a été éliminé au cours de l'opération policière lancée après l'attentat.    

Dossier:
Meurtre de l'ambassadeur russe en Turquie (45)

Lire aussi:

Didier Raoult rejette une étude «foireuse» sur l'inefficacité de l'hydroxychloroquine
Rachida Dati se confie sur son mariage «forcé» avec «un Algérien»
Moyen-Orient: nouvelle guerre froide entre la Chine et les États-Unis
Un enfant disparaît toutes les 10 minutes en France, voici la cause principale
Tags:
suspect, meurtre, enquête, police, Andreï Karlov, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook