International
URL courte
511691
S'abonner

Ayant atteint son objectif stratégique concernant les armes nucléaires, Kim Jong-un est actuellement intéressé à stabiliser la situation sur la péninsule de Corée, d’après le Président russe Vladimir Poutine.

Le dirigeant nord-coréen a sans doute «gagné son jeu» à l’étape actuelle et œuvrera désormais pour faire baisser la tension sur la péninsule coréenne, a déclaré jeudi le Président russe Vladimir Poutine devant les rédacteurs en chef des médias et agences d’information russes.

«Je considère que Kim Jong-un a sans doute gagné cette partie. Il a accompli sa mission stratégique: il dispose désormais d’une charge nucléaire et d’un missile d’une portée mondiale — jusqu’à 13.000 km, capable d’atteindre n’importe quel point du globe, en tout cas n’importe quel point du territoire de son ennemi potentiel», a indiqué M.Poutine commentant la situation qui prévaut autour de la péninsule de Corée au début de 2018.

​Le 29 novembre dernier, la Corée du Nord a lancé le missile balistique intercontinental Hwasong-15 qui, selon Pyongyang, peut atteindre le territoire des États-Unis. Lors de ses vœux du Nouvel An, Kim Jong-un a déclaré que «l'ensemble du territoire des États-Unis» était à portée des armes nucléaires nord-coréennes. Il a également averti qu'il y avait «toujours un bouton nucléaire» sur son bureau.

Selon le Président russe, Kim Jong-un est désormais intéressé à «calmer la situation».

«Il est un homme politique absolument professionnel et mûr», a conclu le Président russe.


Lire aussi:

Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Diego Maradona est décédé à l'âge de 60 ans
Il faut mettre les migrants «dans des avions pour les renvoyer chez eux» plutôt que de les disperser, estime Zemmour
«Absurdie», «gardien de prison», «incompétence»: le monde politique réagit aux annonces de Macron
Tags:
victoire, missiles, armes nucléaires, Kim Jong-un, Vladimir Poutine, Corée du Nord
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook