Ecoutez Radio Sputnik
    Sous-marin USS Miami (SSN 755)

    Fins déplorables et peu enviables de sous-marins en histoires ubuesques

    CC0 / U.S. Navy photo by Jim Cleveland / USS Miami (SSN 755)
    International
    URL courte
    Ekaterina Yanson
    6232

    Quelles que soient leurs missions, surveillance ou attaque, le destin empêche parfois des sous-marins de les accomplir. Si l'origine du naufrage du San Juan argentin reste encore entouré de mystère, voici les histoires d'autres morts de sous-marins à la surface ou dans les profondeurs.

    Toujours de nouveaux objets retrouvés, toujours peu de réponses — le submersible diesel-électrique San Juan disparu en novembre semble vouloir garder ses secrets. Mais peut-être l'investigation devrait prendre tout simplement plus de temps, c'est au moins ce que suggère ce bref aperçu des naufrages et autres catastrophes arrivées à des sous-marins, entièrement ou partiellement résolues au fil du temps.

    Télescopage meurtrier d'un navire ami

    Un F-1 américain n'a pas survécu à la Première Guerre mondiale et en 1917 a coulé à l'ouest du port de San Diego, en Californie, après une collision avec un navire ami. Les détails de la tragédie sont restés classifiés, à cause de la censure en temps de guerre, pendant plus d'un demi-siècle. C'est ainsi que le naufrage a failli devenir une catastrophe inexpliquée et presque oubliée de l'histoire navale américaine, mais enfin les données ont vu le jour.

    La collision avait coûté la vie à 19 marins, alors que le capitaine et quatre autres avaient réussi à s'enfuir. En 1917, le F-1 avec ses confrères F-2, F-3 et F-4 participaient à des attaques contre des navires de surface au large du port de San Pedro. Le drame a été dû à un échec de communication.

    Le sous-marin a changé de trajectoire pour contourner un nuage de brouillard épais, lorsqu'un signal de rapprochement d'un navire a été reçu. Le commandant n'a pas eu le temps de changer de nouveau de direction et quelques instants plus tard le F-3 est sorti du brouillard et a heurté le F-1. Le sous-marin a coulé en environ 10 secondes.

    Collision destructrice de l'USS San Francisco (SSN-711) avec une montagne sous-marine

    Faisant route vers l'île de Guam en janvier 2005, le submersible américain a percuté, à une grande vitesse, une montagne cachée dans les profondeurs. La partie frontale de l'USS San Francisco (SSN-711), qui avait 137 membres d'équipage à bord, a été sérieusement endommagée. De même, le sonar et des citernes de ballast ont été abîmés, ce qui pourrait influencer la force ascensionnelle du sous-marin.

    La collision a fait 98 blessés, dont un a succombé à ses blessures par la suite. Survenu en janvier à 360 milles (environ 570 km) de l'île de Guam, l'accident a été annoncé comme résolu au mois de mai 2005.

    Un sous-marin australien sous les eaux pendant 103 ans

    Un sous-marin australien AE1 a passé plus d'un siècle dans les profondeurs avant qu'en décembre dernier le ministère australien de la Défense n'annonce sa découverte le long des côtes de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. À en croire des historiens navals, la quête a été compliquée par le fait que le vaisseau n'avait pas laissé de traces, aucun déversement d'essence, rien.

    L'AE1 est le premier submersible perdu par la Marine royale australienne lors de la Première Guerre mondiale, en 1914.

    Tandis que la ministre australienne de la Défense, Marise Payne, affirme que les causes du naufrage feront l'objet d'une enquête, l'amiral à la retraite Peter Briggs, qui a pris part à la recherche, estime qu'un «accident de plongée» en serait à l'origine:

    «Il semble que le fond du sous-marin a été frappé avec une force suffisante pour déloger l'aileron de son pied, l'obligeant à se pencher en avant sur son bord d'attaque, endommageant la superstructure», a expliqué l'amiral.

    Des fragments du sous-marin australien AE1 découvert le long des côtes de la Papouasie-Nouvelle-Guinée
    © REUTERS / Royal Australian Navy/Handout
    Des fragments du sous-marin australien AE1 découvert le long des côtes de la Papouasie-Nouvelle-Guinée

    Cimetière de vaisseaux découvert en Tunisie par un plongeur belge

    Jean-Pierre Misson, plongeur-amateur belge de 78 ans, a affirmé début janvier avoir localisé des épaves de sept sous-marins dans les eaux au large de Tabarka, en Tunisie. Ce Belge, dont le père avait été capitaine dans l'armée britannique pendant la guerre, croit avoir identifié, grâce à la recherche et aux images sonar, six navires britanniques et un présumément italien, à 70 mètres sous l'eau.

    «Ils demeurent sur un fond de mer de ce qui a été un barrage de mines marines», a-t-il déclaré au quotidien britannique The Times, ajoutant qu'«il pourrait y avoir plus de naufrages, je n'ai pas exploré toute la zone».

    Les dégâts que les vaisseaux ont reçus l'ont poussé à supposer que les sous-marins n'avaient pas survécu à des explosions de mines. Certaines épaves pouvaient appartenir aux sous-marins de la Royal Navy HMS Talisman, Tigris, Turbulent, Utmost, Usurper, les P48 et P222. La Marine italienne compte entamer sa propre investigation.

    Submersible soviétique victime d'un incendie, puis d'une tempête

    Le 8 avril 1970, un sous-marin de l'URSS K-8 se trouvait au nord de l'archipel portugais des Açores, dans l'Atlantique, à une profondeur de plus de 120 mètres, quand un feu a commencé dans deux cales en même temps, un incendie plus fort se produisant dans le système de régénération. Le submersible est remonté à la surface. Le feu a commencé à se propager à travers les conduits d'aération. Plusieurs membres d'équipage sont morts dans l'incendie, mais sont parvenus à étouffer les réacteurs nucléaires pour éviter une explosion thermique.

    Or, le drame ne s'est pas arrêté là. La plupart de l'équipage restant a été secouru par des navires de sauvetage, mais ensuite l'orage de force huit a noyé le K-8 dans la nuit du 10 au 11 avril. 52 personnes ont perdu la vie pendant ces quatre jours meurtriers.

    Un sous-marin US à quai en proie au feu

    En 2012, un incendie de moindre envergure a endommagé le sous-marin nucléaire USS Miami (SSN 755) pour une raison plutôt prosaïque. Un employé des chantiers navals travaillant sur le submersible n'a pas voulu travailler et a choisi de mettre le feu au navire.

    Casey James Fury a par la suite plaidé coupable pour l'incendie criminel à quai à Portsmouth et a été condamné à 17 ans de prison. Le coupable devrait payer 400 millions de dollars de dédommagements, une bagatelle équivalente aux pertes subies.

    Il a fallu 12 heures et plus d'une centaine de pompiers pour éteindre le feu. Sept personnes ont été blessées. Le feu a principalement endommagé des compartiments, y compris ceux habités, le centre de commandement et de contrôle et la salle des torpilles. Le coût étant trop élevé, l'US Navy a décidé de renoncer à ses plans de réparation du submersible.

    USS Miami (SSN 755)
    CC0 / U.S. Navy photo by Mass Communication Specialist 3rd Class Jhi L. Scott / USS Miami (SSN 755)
    USS Miami (SSN 755)

     

    Lire aussi:

    Massifs, silencieux, rapides… les meilleurs sous-marins du monde
    Un amiral russe évalue les chances de retrouver des débris du sous-marin San-Juan
    Papouasie-Nouvelle-Guinée: un sous-marin disparu il y a plus de 100 ans enfin retrouvé
    Tags:
    sous-marin nucléaire, incendie criminel, orage, collision, incendie, accident, naufrage, sous-marins, Première Guerre mondiale, Maine, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Californie, Tunisie, Guam, Royaume-Uni, Italie, URSS, Australie, Belgique, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik