International
URL courte
5622
S'abonner

Une cyberattaque pourrait un jour déboucher sur le recours à l'arme nucléaire, estiment les chercheurs de l'Institut royal des relations internationales.

Les attaques informatiques visant les systèmes de dissuasion nucléaire risquent de provoquer l'emploi d'une arme atomique dû à une mauvaise évaluation de la menace, lit-on dans un rapport rédigé par l'Institut royal des affaires internationales (EGMONT).

«En temps de paix, les cyberactivités agressives peuvent mettre les États devant un dilemme, parce qu'ils seront incapables de comprendre si leurs systèmes sont visés ou non par la cyberattaque. Cette incertitude pourrait influer sur l'adoption de décisions militaires, notamment en matière de dissuasion nucléaire», indique le document rendu public jeudi.

Les auteurs du rapport constatent que les systèmes d'armes nucléaires ont été créés alors que la technologie informatique ne se trouvait qu'à ses débuts, et l'éventuelle vulnérabilité de ces systèmes face aux cyberattaques n'était pas vraiment prise en considération.

«Les erreurs humaines, les défaillances du système, les vulnérabilités inhérentes et la sensibilité réseau présentent toutes des problèmes de sécurité», soulignent les chercheurs.

À titre de précaution, les auteurs du document proposent de renforcer les mesures de cybersécurité, ainsi que d'appliquer une «approche intégrée» dans la mise en place de «systèmes fiables» qui doit être basée sur l'évaluation adéquate des risques importants.

Lire aussi:

Augmentation de plus en plus forte du nombre journalier de cas de Covid-19 en France
Deux frégates de guerre grecque et turque se seraient heurtées en Méditerranée orientale
La Palestine qualifie de «trahison» l'accord israélo-émirati et rappelle son ambassadeur à Abou Dhabi
Les USA renforcent encore leurs sanctions contre la France
Tags:
dissuasion, cybersécurité, armes nucléaires, cyberattaque, Institut royal des affaires internationales (EGMONT)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook