Ecoutez Radio Sputnik
    Journaux (image d'illustration)

    Washington a trompé Moscou, mais les médias le taisent, selon un professeur US

    © CC0 / Pixabay/stevepb
    International
    URL courte
    8772
    S'abonner

    Les médias américains influents font fi de leurs principes lorsqu’il s’agit de diffuser des informations concernant la Russie, selon le professeur émérite des universités de New York et de Princeton, Stephen Cohen.

    Les principes journalistiques ne sont pas de mise quand les médias mainstream américains parlent de la Russie, sinon les Américains seraient au courant des récentes révélations de la National Security Archive qui expliqueraient l’attitude de Moscou à l’égard de Washington, a déclaré Stephen Cohen, professeur émérite de sciences politiques aux universités de Princeton et de New York, cité par le journal The Nation.

    La National Security Archive auprès de l’Université George Washington a publié le 12 décembre dernier des documents importants sur la fin de la guerre froide. Ces papiers confirment que les États-Unis et d’autres pays occidentaux ont promis en 1990 au Président soviétique Mikhaïl Gorbatchev que les frontières de l’Otan n’avanceraient «pas d’un pouce» à l’Est, vers la Russie.

    En échange, M.Gorbatchev a accepté la réunification de l’Allemagne, qui était l’épicentre de la guerre froide, et son adhésion à l’Alliance. Cette décision du Président soviétique l’a rendu moins populaire dans son pays et a «probablement contribué à l’organisation d’une tentative de coup d’État en URSS en 1991», rappelle M.Cohen.

    Mais l’Otan n’a cessé de s’élargir depuis la présidence de George Bush père et ses bases militaires se trouvent déjà à proximité des frontières russes. Cela montre que l’Occident a trompé la Russie d’après le professeur Cohen.

    Toutefois, les journaux New York Times et Washington Post, «qui aspirent à être les journaux politiques les plus importants, fiables et indispensable du pays» n’ont rien écrit sur les révélations de la National Security Archive.

    «Quand il s’agit de la Russie, le journal New York Times décide souvent s’il convient de le publier ou non, en fonction de raisons politiques», a indiqué M.Cohen.

    M.Cohen explique ce silence par le fait que l’annonce d’une promesse non tenue à l’URSS «sape la légende selon laquelle la Russie de Vladimir Poutine est la seule responsable de la nouvelle guerre froide et des conflits et dangers qui l’accompagnent». Les principaux médias américains s’en tiennent à la politique traditionnelle à l’égard de Moscou et n’ont pas l’intention de la revoir, d’après l’universitaire.

    «Le New York Times et le Washington Post semblent mépriser non seulement leurs propres normes journalistiques, mais aussi leur prétendu adage selon lequel la démocratie exige des citoyens pleinement informés», a conclu le professeur.


    Lire aussi:

    Un requin arrache une partie du bras d’un plongeur qui parvient à nager jusqu’à la côte – photos
    Une mère tente d’étrangler la principale d’un collège dans le Val-de-Marne
    Une meute de loups entame une «chasse à l’homme» en Russie – vidéo
    La Turquie évoque une fermeture de la base d'Incirlik en réponse aux sanctions US contre les S-400
    Tags:
    The New York Times, silence, révélations, partialité, The Nation, National Security Archive des Etats-Unis, OTAN, Washington Post, Vladimir Poutine, George Bush (George H.W.Bush), Mikhaïl Gorbatchev, Stephen F. Cohen, Allemagne, URSS, Russie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik