Ecoutez Radio Sputnik
    Police en Tunisie. Photo d'archive

    Tunisie-Russie: face au radicalisme islamiste, même combat

    © Sputnik. Alexander Vilf
    International
    URL courte
    Safwene Grira
    1121

    Deux Think Tanks gouvernementaux russe et tunisien plaident pour un échange d’expertise en matière de lutte contre la radicalisation, à laquelle sont confrontés les deux pays. Sur un autre volet, la Tunisie entend se rapprocher davantage des Républiques à majorité musulmane au sein de la Fédération de Russie.

    Qu'ont de commun les radicalismes islamistes en Tunisie et en Russie, pays éloignés de près de 3.000 km et appartenant à des aires culturelles différentes?

    «Il s'agit de la même mouvance, d'une nébuleuse. Le fait qu'on retrouve, en Syrie, aussi bien des Maghrébins et des Ouzbeks ou des Tchétchènes peut-être significatif à cet égard», a expliqué à Sputnik Neji Jalloul, directeur général de l'Institut tunisien des études stratégiques (ITES).

    Neji Jalloul revient de Moscou où, en tant que représentant de cet organisme rattaché à la présidence de la République tunisienne, il a rencontré les responsables de l'Institut russe des études stratégiques (RISS). Les échanges d'expertise au sujet du radicalisme violent ont été au centre de ces entretiens entre ces «think tanks gouvernementaux», liés par une convention de coopération depuis deux ans.

    «La Tunisie voudrait bénéficier de l'expérience de la Russie dans la lutte contre le terrorisme en Asie centrale. Les Russes sont également intéressés par notre expérience, qu'on a développée et accumulée au fil des ans, dans la zone d'Afrique du Nord, élargie au Sahel, au sujet duquel nous avons aussi développé une expertise», développe Neji Jalloul.

    Un rapport officiel sur les Tunisiens revenant des foyers de tension (Syrie, Irak, Libye, etc.), sera prochainement publié par l'ITES, avant d'être présenté devant le Conseil de sécurité des Nations unies. «Les Russes sont aussi confrontés à ce problème des revenants», a indiqué Jelloul.

    «Le principe c'est de coopérer en matière de radicalisme, d'échanger les approches et les études. Sachant que le volet d'échanges de renseignement échoit, plutôt, aux ministères de l'Intérieur», a précisé l'officiel tunisien.

    Autre sujet d'échanges, le cyberterrorisme, qui peut se définir comme les attaques à grande échelle à l'encontre des systèmes informatiques d'un État, est «un risque auquel les Tunisiens sont confrontés». À ce titre, il fait aussi partie des champs de coopération entre l'ITES et son homologue russe (et indien).

    Outre la thématique de la radicalisation, la rencontre a également porté sur les possibilités de renforcer les échanges académiques entre les deux pays. En outre, «la Tunisie est désireuse d'intensifier la coopération avec les Républiques à majorité musulmane au sein de la Fédération de Russie, en termes d'enseignement, de culture, etc.», a ajouté Jelloul.

    Cette rencontre s'inscrit dans le cadre d'un regain de la coopération de part et d'autre, remarquable depuis 2015, soit peu après l'élection du président Béji Caïd-Essebsi. Au-delà de la volonté de la Russie de conforter sa présence en Afrique du Nord, celle de la Tunisie de diversifier ses partenaires,

    «Il y a aussi des problèmes qui intéressent les deux pays, comme la Libye, au sujet de laquelle on partage, Tunisiens et Russes, des positions communes», a conclu le Directeur général de l'Institut tunisien des Études stratégiques.

    Lire aussi:

    Les Frères musulmans empêchent la reprise des relations diplomatiques entre Tunis et Damas
    Vols suspendus entre les Émirats et la Tunisie: Tunis partage ses craintes
    Les trois facettes de la présence allemande en Tunisie
    Tags:
    cyberterrorisme, radicalisme, gouvernement, islamistes, coopération, lutte antiterroriste, islamisme, Institut tunisien des études stratégiques (ITES), Maghreb, Ouzbékistan, Asie centrale, Sahel, Tunisie, Afrique du Nord, Tchétchénie, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik