Ecoutez Radio Sputnik
    La zone coréenne démilitarisée

    Quels domaines, en dehors des JO, ont servi la réconciliation entre les deux Corées?

    © AFP 2018 Ed JONES
    International
    URL courte
    Kirill Latypov
    8250

    Les délégations de la Corée du Nord et de la Corée du Sud ont convenu ce 9 janvier de la participation d’athlètes nord-coréens aux Jeux olympiques de Pyeongchang. Pourtant, l’histoire du dialogue intercoréen connaît d’autres dossiers de collaboration productive entre Pyongyang et Séoul.

    Le consensus entre les deux Corées sur la participation de l'équipe nord-coréenne aux Jeux olympiques de 2018 à Pyeongchang est un évènement important, mais ce n'est pas la seule réussite dans le dialogue intercoréen. Malgré toutes les contradictions, Pyongyang et Séoul ont une expérience riche de réalisation de projets conjoints.

    Sport

    La dimension sportive fait partie des domaines de coopération relativement productifs entre les deux États coréens. En 1991, une unique équipe coréenne a participé au Championnat du monde de tennis de table au Japon. Lors de ces compétitions, les Coréennes ont réussi à battre l'équipe chinoise considérée comme invincible dans ce sport. Les sportifs de cette péninsule asiatique avaient joué sous le drapeau de l'unification coréenne et avaient utilisé la chanson folklorique Arirang comme hymne. Cette même année, une équipe unie a pris part à la Coupe du monde de football des moins de 17 ans.

    Après le premier sommet intercoréen en 2000 quand Pyongyang et Séoul ont promis de rechercher la réunification pacifique du pays, les liens sportifs ont acquis un sens nouveau. Durant les années 2000, des Nord-Coréens ont participé à tous les grands évènements sportifs en Corée du Sud. Toutefois, après 2007, sur fond d'aggravation des relations intercoréennes, Pyongyang a cessé d'y envoyer ses athlètes.

    La participation de l’équipe nord-coréenne aux JO 2018 à Pyeongchang n'est pas pas la seule réussite dans le dialogue intercoréen.
    © Sputnik . Ramil Sitdikov
    La participation de l’équipe nord-coréenne aux JO 2018 à Pyeongchang n'est pas pas la seule réussite dans le dialogue intercoréen.

    Les compétiteurs des deux Corées ont pris part ensemble aux cérémonies d'ouverture des Jeux olympiques d'été de 2000 à Sydney, de 2004 à Athènes et des Jeux olympiques d'hiver de 2006 à Turin. Toutefois, elles ont participé séparément aux compétitions.

    En 2014, l'équipe nord-coréenne a pris part aux Jeux asiatiques qui se sont déroulés à Incheon, en Corée du Sud.

    Quant aux Jeux de 2018, Séoul a proposé de former une équipe unie, mais la Corée du Nord a rejeté cette idée. Pyongyang a expliqué sa décision par le manque de temps pour des négociations.

    Industrie et tourisme

    Si le sport joue un rôle plutôt symbolique dans les relations intercoréennes, des liens économiques sont moins évidents et visibles, mais ils sont tout aussi importants.

    Dans les années 1990, la Corée du Nord a fait face à des problèmes économiques graves, et notamment une famine, provoqués par la chute de l'URSS qui était le principal partenaire commercial du pays. Pour améliorer cette situation catastrophique, Séoul a commencé à fournir une assistance humanitaire à son voisin du nord. Parallèlement, d'autres formes d'échange économique se sont développées à cette époque.

    Le premier sommet intercoréen de 2000 et la rencontre entre les dirigeants des deux Corées ont permis d'établir une base juridique et de proposer des projets concrets, dont les plus significatifs sont la région touristique des monts Kumgang et la zone industrielle de Kaesong.

    La région touristique des monts Kumgang est le plus ancien des grands projets intercoréens, il a été lancé en 1998. Les monts Kumgang sont une des plus belles curiosités naturelles en Corée. Faisant partie du territoire nord-coréen, près de la zone coréenne démilitarisée (DMZ), ils ont été fermés aux touristes du Sud pendant des décennies.

    Le développement conjoint de cette zone touristique a été effectué sur 10 ans, jusqu'en 2008, quand une touriste ressortissante du Sud a été tuée par un militaire nord-coréen. En réponse, Séoul a rompu la coopération dans ce domaine.

    La construction de la zone industrielle de Kaesong
    © AP Photo / Ahn Young-joon, POOL
    La construction de la zone industrielle de Kaesong

    La construction de la zone industrielle de Kaesong, à 10 kilomètres de la DMZ, a commencé en 2003. Des sociétés sud-coréennes y ont localisé leur production pour employer des travailleurs nord-coréens. Cette formule a permis à des entreprises du Sud de réduire leurs coûts et à Pyongyang de reconstituer ses réserves en devises.

    Le développement de ce parc industriel a plusieurs fois été sous la menace à cause des tensions périodiques dans la péninsule coréenne. En février 2016, Pyongyang a expulsé le personnel sud-coréen de la zone industrielle en réponse à la décision de Séoul de cesser son travail sur fond d'essai de missile nord-coréen. Au moment de sa fermeture, le complexe de Kaesong réunissait plus de 100 entreprises qui embouchaient près de 50.000 travailleurs.

    Transport

    Un développement économique durable est impossible sans infrastructures de transport. De ce fait, l'intégration des systèmes ferroviaires de la péninsule coréenne joue un rôle primordial.

    Après la guerre de Corée, les liaisons ferroviaires entre les deux Corées ont été rompues. En 1992, les négociations sur la rénovation des voies entre le Nord et le Sud ont commencé. Pourtant, la réalisation de projets concrets n'a été lancée qu'après le sommet intercoréen de 2000.

    En 2003, une ligne ferroviaire entre la Corée du Sud et la région touristique des monts Kumgang a été construite. L'année suivante, des trains ont commencé à circuler entre le territoire sud-coréen et la zone industrielle de Kaesong.

    L’intégration des systèmes ferroviaires coréens et leurs liaisons avec ceux des voisins incorporeraient la péninsule dans des couloirs de transport intercontinentaux.
    © AFP 2018 JUNG YEON-JE
    L’intégration des systèmes ferroviaires coréens et leurs liaisons avec ceux des voisins incorporeraient la péninsule dans des couloirs de transport intercontinentaux.

    À l'issue du second sommet intercoréen qui a eu lieu à Pyongyang en 2007, les autorités des deux Corées se sont entendues sur la circulation régulière de trains de marchandises. En mai 2007, le fonctionnement du chemin de fer intercoréen, construit par les Japonais au début du 20e siècle, a été restauré. Parallèlement, Moscou et Pyongyang ont lancé la modernisation de la ligne entre la Russie et la Corée du Nord.

    En perspective, l'intégration des systèmes ferroviaires coréens et leurs liaisons avec ceux de la Chine et de la Russie pourraient incorporer la péninsule dans des couloirs de transport intercontinentaux. Malheureusement, les crises permanentes dans les relations intercoréennes ne permettent pas de surmonter cette lacune en la matière.

    Pyongyang et Séoul ont de nombreux domaines de collaboration, dont la réalisation pratique pourrait donner une impulsion à l'intégration réelle entre les deux Corées. Pourtant, cette base prometteuse demande une forte volonté politique et un consensus stable autour des projets nucléaires de Pyongyang, élément crucial de la sécurité internationale.

    Lire aussi:

    Pyongyang annule une manifestation culturelle prévue avec Séoul à la veille des JO
    Pyongyang et Séoul discutent grâce à «la ligne rouge» rétablie
    Kim Jong-un ordonne le rétablissement du «téléphone rouge» avec Séoul
    Tags:
    coopération, tensions, zone démilitarisée, négociations, économie, chemin de fer, JO 2004 d'Athènes, JO 2006 de Turin, guerre de Corée (1950-1953), JO 2018 de Pyeongchang, Seconde Guerre mondiale, Turin, Péninsule de Corée, Sydney, Pyongyang, Kaesong, Séoul, Athènes, Corée du Nord, Corée du Sud, URSS, Moscou, Chine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik