Ecoutez Radio Sputnik
    Une silhouette d'une femme

    50 nuances du viol: pourquoi les hommes ont aussi besoin d'être défendus

    CC0 / Pixabay
    International
    URL courte
    19311

    Le sujet du harcèlement sexuel n'a pas été ignoré en Italie où la star Gina Lollobrigida en a été victime. Dans un entretien à Sputnik, l'auteur du livre «50 nuances de la violence» Barbara Benedettelli, pointe que l'incitation à violer peut provenir tant de l'homme que de la femme et explique pourquoi les hommes doivent être défendus.

    L'Italie, qui est secouée par des débats sur les violences sexuelles depuis que l'affaire Weinstein a éclaté, a aussi ses histoires locales de harcèlement sexuel, l'une d'elles portant sur la célèbre actrice Gina Lollobrigida qui a raconté deux évènements survenus pendant sa carrière. Donc, le mouvement de défense des hommes lancé par Catherine Deneuve a suscité une réaction controversée au sein de la société italienne qui tente de comprendre si c'est la femme qui séduit l'éventuel violeur ou si c'est l'homme qui interprète de manière incorrecte son comportement, surtout dans le domaine cinématographique.

    Malgré des mouvements dénonçant le harcèlement en pléthore, le «système» d'échange de services sexuels pour des rôles au cinéma n'est toujours pas discuté à fond — est-ce que le sexe, qui y joue le rôle de monnaie, doit être considéré comme viol? Les femmes, peuvent-elles séduire l'homme en quête de profit personnel et qui est le responsable? Sputnik Italia a abordé le sujet avec Barbara Benedettelli, auteur du livre «50 nuances de la violence. Féminicide et homicide en Italie» (50 sfumature di violenza. Femminicidio e maschicidio in Italia).

    Écrivaine et sociologue, elle se réjouit du grand nombre de femmes qui ont décidé de mettre fin au système sale d'échange de sexe contre des avantages professionnels et explique pourquoi les hommes doivent être également défendus.

    «On ne peut pas qualifier cela de viol car les participants sont au courant des règles du jeu, même tacites. On ne peut pas considérer comme victime une personne qui prend part de son plein gré à cet échange, qui paye pour cela un certain coût et reçoit en contrepartie ce qu'elle a souhaité», insiste Mme Benedettelli.

    • Barbara Benedettelli
      Barbara Benedettelli
      © Photo. fornita da Barbara Benedettelli
    • Barbara Benedettelli
      Barbara Benedettelli
      © Photo. fornita da Barbara Benedettelli
    1 / 2
    © Photo. fornita da Barbara Benedettelli
    Barbara Benedettelli

    Le viol, c'est tout autre chose, explique-t-elle: «La victime d'un viol ne reçoit que de la douleur et des souffrances, il ne s'agit pas de rôles et d'avantages». Selon l'écrivaine, là repose la principale faute du mouvement #metoo (équivalent anglophone de #BalanceTonPorc): ses partisans parlent de deux problèmes en réalité, de cet échange économique et du véritable viol à la fois.

    Dans ce contexte, le scandale autour du producteur américain Harvey Weinstein — qui n'est pas considéré comme coupable tant que la justice ne rend pas sa décision, précise l'interlocutrice de Sputnik — est devenu une possibilité pour les femmes de prendre la parole et de soulager leur expérience douloureuse en la partageant.

    Le problème c'est que parmi celles qui s'expriment il y a des vraies victimes de viol, qui ont porté plainte à la police, ainsi que celles qui ont participé de manière volontaire à un échange de service sexuel contre une contrepartie et l'ont regretté par la suite.

    «Ces dernières ont provoqué le plus grand battage: si on les traite comme des victimes, elles ne sont donc pas responsables de leurs actions», souligne Mme Benedettelli.

    Dans sa campagne de défense des hommes, lancée face à des mouvements comme #BalanceTonPorc, Catherine Deneuve appelle à ne pas qualifier la séduction de crime. Selon l'auteur du livre «50 nuances de la violence», séduire et être séduit, cela est inscrit dans la nature humaine, et tout de même la frontière délicate menant vers le viol doit être observée.

    «Cette frontière est souvent franchie. Si elle est traversée par les hommes, c'est du viol, mais si c'est la femme qui la franchit?», s'interroge Mme Benedettelli. «L'absurdité de la situation est qu'aujourd'hui les femmes veulent du respect et en même temps être séductrices, ce qui serait normal si elles ne demandaient pas aux hommes de ne pas réagir à ces tentations, propositions sexuelles de la part des femmes.»

    Et si ces propositions ne sont pas bien accueillies par les hommes? Cela arrive aussi, malgré les stéréotypes existants: «Dans ce cas, c'est aussi de la violence, et aussi grave que la violence contre une femme», conclut l'écrivaine.

    Lire aussi:

    Qu’est-ce qui cloche avec les hashtags anti-harcèlement?
    #Metoo: un grand rassemblement pour inciter les femmes à sortir du silence
    Prêcheur saoudien: les femmes elles-mêmes «sont la cause du harcèlement»
    Tags:
    harcèlement sexuel, sexe, viol, femmes, homme, défense, violences, Italie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik