International
URL courte
26136
S'abonner

Les États-Unis seraient disposés à prendre certaines nouvelles mesures contre l’Iran en dehors de l’accord sur le nucléaire iranien et attendent le soutien de la communauté internationale, selon leur représentante permanente à l’Onu.

Nikki Haley, ambassadeur des États-Unis à l'Onu, a déclaré que son pays ne tolérerait pas «le comportement dangereux et déstabilisant de l'Iran, et attendait que d'autres pays les rejoignent». Elle a appelé à empêcher les dirigeants iraniens de «violer toute sorte de règles internationales et de résolutions de l'Onu sous le couvert de l'accord nucléaire».

«Nous attendons que se forme à l'Onu une nouvelle coopération internationale afin d'intensifier les démarches contre l'activité balistique iranienne, de durcir l'embargo sur les armes violé par l'Iran, de casser le financement du terrorisme par l'Iran et de condamner les violations des droits de l'homme en Iran. L'ensemble de ces mesures pourrait être pris en dehors de l'accord nucléaire, mais si nous ne parvenons pas à un consensus international là-dessus, il sera encore plus évident que l'accord nucléaire est un obstacle à la paix», a déclaré Mme Haley.

Vendredi 12 janvier, Donald Trump a prorogé le régime de levée des sanctions dans le cadre de l'accord sur le nucléaire avec l'Iran. Un haut responsable de l'administration américaine a fait savoir que le Président avait confirmé la suspension des sanctions économiques contre l'Iran pour la «dernière fois».

D'ici la prochaine échéance de suspension des sanctions, dans 120 jours pour les principales d'entre elles, «il entend travailler avec nos partenaires européens sur un accord de suivi» visant à durcir les conditions du texte de 2015, a ajouté ce haut responsable.

Maison-Blanche
© AP Photo / Pablo Martinez Monsivais
Donald Trump a exigé que l'Union européenne participe à la «réparation» de l'accord avec l'Iran, notant que c'était la dernière chance de le faire. Il a également qualifié l'Iran de principal soutien du terrorisme et a annoncé son intention de faire approuver législativement de dures sanctions contre le développement et les essais par l'Iran de missiles balistiques.

L'accord sur le programme nucléaire iranien a été conclu entre Téhéran et les puissances du groupe P5+1 (États-Unis, Allemagne, France, Grande-Bretagne, Russie et Chine) le 14 juillet 2015, après douze ans de crises diplomatiques et d'âpres négociations.

Qualifié à l'époque d' «historique», le texte, qui encadre les activités nucléaires iraniennes en contrepartie d'une levée progressive des sanctions frappant la République islamique, est profondément fragilisé depuis la décision par Donald Trump de ne pas certifier au Congrès que Téhéran en respecte les termes.

Lire aussi:

Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Un glacier de 500.000 mètres cubes risque de se détacher du Mont Blanc, évacuation en cours
Au moins 16 fonctionnaires du port de Beyrouth, dont le directeur, en détention
La une du Monde sur Beyrouth avec une illustration du caricaturiste Plantu provoque un tollé
Tags:
levée des sanctions, Plan global d'action conjoint (JCPOA), Nikki Haley, Donald Trump, États-Unis, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook