Ecoutez Radio Sputnik
    Julian Assange

    Voici la raison pour laquelle l’ambassade d’Équateur voudrait se débarrasser d’Assange

    © REUTERS/ Peter Nichollspe
    International
    URL courte
    16644

    Le personnel de l'ambassade équatorienne se plaindrait de la mauvaise hygiène de Julian Assange, selon la presse. Le lanceur d’alerte ignorerait la douche et s'essuierait les doigts sur son pantalon.

    Le manque d'hygiène de Julian Assange aurait été l'une des raisons des récentes tentatives de l'Équateur pour le sortir de sa réclusion de cinq ans dans son ambassade au Royaume-Uni, relate l'International Business Times.

    Julian Assange
    © Sputnik. Alex McNaughton
    Le personnel de l'ambassade se serait plaint à plusieurs reprises de la mauvaise hygiène du fondateur de WikiLeaks.

    «Il semble qu'il ne se lave pas correctement», a déclaré au Times une source informée qui lui a rendu visite à l'ambassade.

    Jérémie Zimmermann, un ami et ancien collègue d'Assange, avait écrit en 2012 qu'«à moins que les gens autour de lui ne l'obligent à prendre une douche, il pouvait ne pas changer de vêtements pendant des jours».

    L'un des plus proches collaborateurs d'Assange, Daniel Domscheit-Berg, notait: «Julian mangeait tout avec ses mains et il s'essuyait toujours les doigts sur son pantalon, je n'ai jamais vu de pantalon aussi gras que le sien de toute ma vie», rappelle le journal.

    Le fondateur de WikiLeaks est retranché dans la représentation de l'Équateur au Royaume-Uni depuis 2012, appréhendant d'être extradé vers les États-Unis qui veulent le juger pour la diffusion de plus de 250.000 documents secrets révélant les dessous de la diplomatie américaine. Il a récemment obtenu la citoyenneté équatorienne.

    Lire aussi:

    Royaume-Uni vs Assange: toujours pas de porte de sortie
    Julian Assange aurait reçu une carte d'identité équatorienne
    Foi d’Assange, l’Équateur n’est pas à l’abri des révélations de WikiLeaks
    Tags:
    hygiène, Julian Assange, Equateur, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik