International
URL courte
236
S'abonner

Le prince saoudien Alwaleed bin Talal, détenu depuis plus de deux mois dans le cadre de l’opération de lutte contre la corruption, négocie un accord avec les autorités, selon Reuters.

Reuters a annoncé en se référant à un haut responsable saoudien que le prince Alwaleed bin Talal arrêté en novembre dernier sous l'accusation de blanchiment d'argent, de corruption et d'extorsion de fonctionnaires négociait un accord avec les autorités.

«La somme qu'il a offerte ne répond pas au chiffre requis, et jusqu'à aujourd'hui le procureur général ne l'a pas approuvée», a déclaré le responsable sous couvert d'anonymat.

Selon Reuters, le prince Alwaleed, dont la fortune a été estimée par le magazine Forbes à 17 milliards de dollars, est président et propriétaire de la société d'investissement internationale Kingdom Holding Co, et est de fait l'un des hommes d'affaires les plus en vue du royaume.

Une autre source proche du dossier a déclaré à Reuters samedi que le prince aurait offert au gouvernement saoudien de procéder au «don» d'un de ses actifs en échange du retrait des accusations de tout acte répréhensible, mais le gouvernement a refusé ces conditions.

Fin novembre, le prince saoudien Miteeb Ben Abdullah, considéré comme l'un des principaux candidats au trône, a été libéré après avoir conclu un accord avec les autorités qui exigeait le paiement de plus d'un milliard de dollars, selon un responsable saoudien.

Les responsables saoudiens disent qu'ils visent à récupérer quelque 100 milliards de dollars de fonds qui appartiennent légitimement à l'État. Le prince héritier Mohammed ben Salmane, qui a lancé l'opération, a indiqué qu'il souhaitait clore rapidement les affaires en cours et s'attendait à ce que la plupart des suspects concluent un accord.

Début novembre, le Comité suprême anticorruption d'Arabie saoudite, dirigé par le prince héritier Mohammed ben Salmane, a ordonné l'arrestation de dizaines de personnalités influentes, dont des membres de la famille royale, d'anciens ministres, des militaires et des chefs d'entreprise. Selon le journal The National, le procureur général a déclaré qu'il estimait qu'au moins 100 milliards de dollars avaient disparu dans divers détournements au cours des dernières décennies.

Lire aussi:

Zemmour détourné en Zob: une présentatrice de France Inter se moque et provoque un tollé
Fabrice Di Vizio raccroche: «On est arrivés à un niveau de haine sociale que je ne sais plus gérer»
Contrôle de police à Stains: «J'ai cru que c'était des voleurs, des agresseurs», affirme le conducteur blessé par balles
Sous-marins: la Maison-Blanche réagit à la colère française en renvoyant à l’Australie le soin de s’expliquer
Tags:
Arabie Saoudite, Miteeb Ben Abdullah, Alwaleed bin Talal, corruption, Mohammed ben Salmane Al-Saoud
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook