International
URL courte
13521
S'abonner

La décision de Washington de mettre en place une nouvelle force en Syrie est contraire à la Charte des Nations unies et viole la souveraineté de la Syrie, a déclaré dimanche à Sputnik le président de la Commission des Affaires étrangères du Conseil de la Fédération, Konstantin Kossatchev.

L'idée des États-Unis de créer une nouvelle force dans les secteurs qu'ils contrôlent en Syrie, la Force de sécurité aux frontières, viole purement et simplement la Charte des Nations unies et la souveraineté du pays, a déclaré dimanche à Sputnik Konstantin Kossatchev, président de la Commission des Affaires étrangères du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe).

«La coalition menée par les États-Unis n'est qu'une chimère, il n'existe pas de coalition en réalité, il n'y a que des opérations unilatérales des USA soutenues par plusieurs pays, soit pour des raisons de solidarité, soit dans le cadre d'engagements faisant suite à une aide militaire ou économique», a souligné Konstantin Kossatchev.

Il a fait remarquer que la notion de «territoires contrôlés» appliquée à un pays souverain membre des Nations unies sans son accord signifiait «une violation ouverte de la Charte de l'Onu, du droit international et de la souveraineté de ce pays».

La lutte contre Daech n'autorise pas à mener des opérations unilatérales et non concertées, ce que les Américains auraient dû comprendre à plusieurs reprises depuis août 2014, lorsqu'ils ont essayé pour la première fois de lancer leur propre opération contre les terroristes, a indiqué Konstantin Kossatchev.

«Ils n'y sont pas arrivés alors et ils n'y arriveront sans doute pas à l'avenir, en tout cas tant que les objectifs déclarés de ce qu'ils appellent coalition divergeront avec les tâches annoncées», a-t-il souligné.

Un porte-parole de la coalition internationale dirigée par les États-Unis avait précédemment déclaré au Defense Post que celle-ci avait entamé la création de la Force de sécurité aux frontières dans les territoires qu'elle contrôlait en Syrie. La coalition agit en étroite interaction avec les Forces démocratiques syriennes (FDS) au sujet de la mise en place et de la formation de la nouvelle Force, avait-il assuré. Environ 230 hommes suivent un entraînement actuellement, mais les effectifs devraient être de 30.000 hommes.

Ibrahim Kalin, porte-parole de la présidence turque, a déclaré lui aussi dimanche dans la matinée que les projets américains de mise en place de la Force de sécurité aux frontières en Syrie étaient inacceptables.

Auparavant, les médias turcs ont fait état de l'envoi d'un nouveau convoi de véhicules militaires, dont des chars, à la frontière avec la Syrie.

Lire aussi:

Un golden retriever joue avec des poussins qui le prennent pour leur mère – vidéo
Une attaque menée par 250 radicaux repoussée par l'armée syrienne à Idlib
Le groupe qui a tagué la fresque en mémoire d’Adama Traoré explique son acte – vidéo
La Chine assure qu'une pneumonie inconnue «beaucoup» plus mortelle que le Covid-19 se propage au Kazakhstan
Tags:
souveraineté, violations, coalition anti-Daech, Forces démocratiques syriennes (FDS), ONU, Sputnik, Konstantin Kossatchev, Turquie, Syrie, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook