Ecoutez Radio Sputnik
    Les drones lancés contre les bases russes en Syrie

    Attaques terroristes des bases russes en Syrie: qui a fourni les drones?

    © Sputnik . le ministère russe de la Défense
    International
    URL courte
    17605

    Les drones qui ont attaqué les bases aériennes russes sur le territoire syrien ressemblent beaucoup à ceux qui équipent l’armée américaine et qui ont été auparavant découverts chez les milices kurdes, ont indiqué des experts militaires turcs dans un entretien accordé à Sputnik.

    La base aérienne de Hmeimim et la base de soutien logistique de Tartous ont été attaquées par des drones depuis Al-Mouazzara, dans le sud-ouest de la zone de désescalade d'Idlib contrôlée par les formations armées de l'opposition dite modérée.

    Les drones habituels, qui sont les plus répandus, ne peuvent porter et larguer que des explosifs de faible puissance, a déclaré à Sputnik Erdoğan Karakuş, lieutenant général à la retraite de l'armée de l'air de la Turquie, ajoutant que les drones utilisés lors de l'attaque contre les bases russes en Syrie étaient du même type que le matériel dont l'armée américaine était équipée.

    «Ce sont les États-Unis qui possèdent des drones capables de larguer des bombes et des obus utilisés habituellement par des avions. Un drone ordinaire ne peut porter qu'un explosif capable de détruire une véhicule de terroristes tout au plus», a précisé l'interlocuteur de l'agence.

    Et de rappeler que dans ce cas précis, il s'agissait de l'utilisation de drones beaucoup plus puissants.

    «Il se peut évidemment que la Chine ou certains autres pays aient pu également concevoir des drones semblables. Cette question est à étudier plus attentivement. Quoi qu'il en soit, j'affirme que les drones utilisés dans cette attaque ne ressemblent pas aux drones qui ont été utilisés jusqu'ici par d'autres pays, sauf les États-Unis. Ils ne ressemblent pas non plus aux drones utilisés par la Turquie qui larguent des obus de petite puissance», a résumé le général.

    Un autre interlocuteur de Sputnik Beyazıt Karataş, major général à la retraite de l'armée de l'air de la Turquie et vice-président du parti Vatan, a prévenu qu'avec le développement des technologies, de tels drones pourraient devenir de plus en plus nombreux.

    «L'usage d'un grand nombre de drones a eu pour objectif de frapper la cible avec le maximum de précision même si certains drones ont été interceptés. […] La principale tâche des terroristes consiste toutefois à se faire de la publicité», a poursuivi M.Karataş.

    Selon ce dernier, les milices kurdes du Parti de l'union démocratique (PYD) ont également des drones différents que les Américains leurs fournissent.

    «Peu importe d'ailleurs si les terroristes utilisent des drones américains ou britanniques. Le plus grave est sans doute le fait que ces appareils se retrouvent en possession de groupes terroristes venant de pays européens», a constaté le général.

    Le 6 janvier, les djihadistes de Syrie ont pour la première fois utilisé de manière massive des drones pour attaquer la base aérienne de Hmeimim et la base de soutien logistique de Tartous. L'attaque a été repoussée. Sept drones ont été abattus, tandis que le contrôle de six autres avait été pris par des unités de guerre électronique.

    Selon le ministère russe de la Défense, les solutions d'ingénierie auxquelles les terroristes ont eu recours ne pouvaient provenir que d'un pays possédant de hautes capacités technologiques.

    Lire aussi:

    Pigeon voyageur aux ailes de plastique: quels métiers exercent déjà les drones?
    Quels moyens de défense face aux drones?
    Drones des terroristes en Syrie: Moscou pointe du doigt les responsables
    Tags:
    djihadisme, Kurdes, terrorisme, attaque, drone, Vatan, ministère russe de la Défense, Parti de l'Union démocratique (PYD) kurde syrien, Sputnik, Beyazıt Karataş, Erdoğan Karakuş, Chine, Turquie, États-Unis, Tartous, Hmeimim, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik