International
URL courte
13362
S'abonner

S’exprimant sur l’ingérence dans la présidentielle américaine, un ex-analyste de la CIA a désigné ce qu’il considère comme y étant impliqué et a souligné que le rôle prétendument tenu par Moscou n’a pas été établi, et ce en dépit des puissants moyens techniques de l’Agence nationale de la sécurité.

Les services spéciaux américains, y compris le Bureau fédéral d’enquête (FBI), ont tenté de s’ingérer dans les élections américaines en 2016, estime dans un article qu’il a publié sur Consortiumnews.com Ray McGovern, ex-analyste de la CIA.

Divulguée l’été dernier, la correspondance entre un responsable du contre-espionnage du FBI, Peter Strzok, et sa petite-amie et collègue, la juriste Lisa Page, est une «pièce à conviction» des tentatives faites par les services spéciaux pour torpiller le processus démocratique, estime McGovern. Dans la correspondance en question, Strozok assure, entre autres, qu’il pourrait user de son influence pour «protéger le pays» contre Donald Trump.

Comme le considère l’ex-collaborateur de la CIA, le FBI a mené pendant 18 mois une campagne de discréditation du candidat à la présidence américaine, Donald Trump, et ce à l’aide du «renseignement électronique d’une légalité douteuse et d’un dossier scabreux » dans lequel il manquait des preuves convaincantes.

En même temps, écrit Ray McGovern, les représentants du service spécial ont eu recours à des «techniques tout aussi douteuses» pour protéger la candidate des Démocrates, Hillary Clinton, et son entourage d’une inculpation pour faux témoignages et divulgation de secrets d'État.

Or, rappelle MacGivern, l’Agence nationale de la sécurité (NSA) n’a toujours pas livré de preuve convaincante de l’ingérence de Moscou dans les élections américaines et ce en dépit de ses moyens techniques sans limite.

La Russie a rejeté à plusieurs reprises les allégations selon lesquelles elle avait cherché à influencer les élections dans différents pays. Le porte-parole de la Présidence russe, Dmitri Peskov, a qualifié ces accusations de dénuées de tout fondement. En s’exprimant sur l’ingérence présumée de Moscou dans les élections aux États-Unis, en France et en Allemagne, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a, à son tour, indiqué qu’aucun fait ne le prouvait.

Lire aussi:

Une rixe d’une rare violence filmée en pleine rue à Fleury-Mérogis – vidéo
Après le Covid-19, la Chine voit ressurgir un virus mortel transmis par les tiques
Une «cause extérieure»: le capitaine qui a transporté le nitrate d'ammonium parti en fumée à Beyrouth s’exprime
Un prévisionniste qui ne s'est jamais trompé donne ses pronostics pour la présidentielle US
Tags:
élection présidentielle, ingérence, NBA, CIA, FBI, Sergueï Lavrov, Hillary Clinton, Donald Trump, Russie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook