Ecoutez Radio Sputnik
    Une pièce du musée de Palmyre prise en photo après la libération de la ville du joug terroriste

    Syrie: quid de la protection des antiquités de ce pays dévasté par la guerre

    © Sputnik . Mikhaïl Voskressenski
    International
    URL courte
    270
    S'abonner

    La Syrie, cette vielle terre, accueille sur son sol une multitude de sites historiques de différentes époques. Après le début de la guerre, une partie de ces vestiges ont été détruits ou endommagés, quant aux collections des musées des villes occupées, elles ont été pillées. Que fait le gouvernement pour préserver l’héritage historique du pays?

    Suite à la guerre qui secoue la Syrie depuis mars 2011, une bonne partie des objets et des sites d’héritage historico-culturel du pays ont été endommagés, pillés ou détruits. Dans ces conditions douloureuses, le gouvernement syrien a mis en place un programme d’action spécial pour préserver les richesses culturelles et matérielles syriennes, a expliqué à Sputnik Nazir Awad, vice-directeur général du Département des antiquités et des musées du pays.

    «Tout d’abord, les collections des musées ont été évacuées et placées dans des dépôts spéciaux, destinés à protéger les pièces précieuses non seulement contre la guerre et les pilleurs, mais aussi contre les incendies et les inondations», a-t-il précisé.

    Et d’ajouter que les portes des musées avaient été fortifiées.

    Il a constaté que les musées et les expositions de la ville de Raqqa avaient connu un triste sort: leurs collections ont été, d’après lui, pillées par les extrémistes. En outre, aucune information sur le destin du musée d’Idlib n’est disponible dans l’immédiat, a expliqué M.Awad.

    Afin de couper court au trafic d’antiquités, un système de contrôle renforcé a été mis en place aux frontières, a encore indiqué l’interlocuteur de l’agence.

    Et d’attirer l’attention sur le fait que le sort des vestiges dépendait généralement des militaires qui libèrent telle ou telle ville. Ainsi, relate-t-il, lors de la reprise de Palmyre, les «troupes russes et syriennes ont conduit les combats prudemment, tentant de mener les affrontements loin de la partie historique de la ville et ce pour préserver les vestiges», a-t-il conclu.

    Tags:
    trafic, musée, protection, terrorisme, vestiges, antiquités, Palmyre, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik