Ecoutez Radio Sputnik
    L'ensemble nord-coréen Moranbong

    Pyongyang change encore une fois de décision sur la visite de ses artistes en Corée du Sud

    © AP Photo / KRT
    International
    URL courte
    10260

    La Corée du Nord enverra finalement dimanche ses artistes en Corée du Sud en prévision des Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang 2018, malgré sa décision de vendredi d’annuler leur visite, selon le ministère sud-coréen de l’Unification.

    Pyongyang a informé le ministère sud-coréen de l'Unification qu'un groupe de ses artistes se rendra le 21 janvier en Corée du Sud, annonce l'agence Yonhap.

    La délégation de sept membres dirigée par l'artiste Hyon Sol-wol, chef du collectif musical féminin nord-coréen Moranbong, doit se rendre en Corée du Sud pour examiner et préparer les lieux de leurs concerts lors des Jeux olympiques d'hiver de Pyeongchang 2018. Toutefois, le 19 janvier, Pyongyang a annulé leur venue.

    Selon le ministère de l'Unification, les artistes nord-coréens se rendront par train en Corée du Sud, leur visite doit durer deux jours, comme le prévoyait l'accord conclu mercredi.

    L'ensemble Morabong a été créé en 2012 par le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un pour interpréter des musiques en tenue de style occidental.

    Début janvier, un réchauffement s'est esquissé dans les relations entre Séoul et Pyongyang. Plusieurs tours de négociations qui se sont tenus à Panmunjeom ont débouché sur un accord prévoyant l'envoi d'une équipe de fonctionnaires et d'artistes nord-coréens aux Jeux olympiques de Pyeongchang.

    Lire aussi:

    Pyongyang enverra un chef d’orchestre lors des pourparlers avec Séoul
    Les médias expliquent pourquoi Londres a envoyé des hauts gradés à Séoul
    Pyongyang annule une manifestation culturelle prévue avec Séoul à la veille des JO
    Tags:
    groupe musical, culture, artistes, visite, JO 2018 de Pyeongchang, agence Yonhap, Pyeongchang, Panmunjeom, Séoul, Pyongyang, Corée du Sud, Corée du Nord
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik