Ecoutez Radio Sputnik
    A member of the Afghan security forces arrives the site of an attack on the Intercontinental Hotel in Kabul, Afghanistan January 20, 2018.

    Attaque contre un hôtel à Kaboul: au moins six morts et de nombreux blessés

    © REUTERS/ Omar Sobhani
    International
    URL courte
    0 31

    Au moins six personnes ont trouvé la mort dans l’attaque en cours de l'hôtel Intercontinental à Kaboul, six personnes, dont trois membres des forces spéciales, ont également été blessées. Les talibans ont revendiqué dimanche cette attaque.

    L'attaque meurtrière à l'hôtel Intercontinental à Kaboul, capitale de l'Afghanistan, a déjà fait au moins six morts et six blessés, dont trois membres des forces spéciales, a relaté la chaîne de télévision Tolo News précisant que le bilan humain risquait s'alourdir.

    Une centaine d'otages ont pu être libérés précédemment, «dont 16 étrangers, parmi lesquels huit femmes» a précisé dimanche le porte-parole du ministère afghan de l'Intérieur, Najib Danish, cité par l'AFP.

    ​Néanmoins, le nombre d'otages restant est inconnu.

    Selon une source de sécurité, trois des quatre assaillants ont été tués mais le dernier résisterait toujours, retranché «dans une grande chambre avec des otages, afghans et étrangers» dont le nombre n'a pas été précisé.

    D'après les médias, certaines personnes tentaient de s'enfuir par le balcon au moyen de draps noués mais l'un d'eux a lâché prise. Pour l'heure, on ignore son destin.

    «Les lieux restent encerclés, les forces spéciales n'autorisent personne à s'approcher de l'hôtel, y compris les médecins. On peut voir une fumée noire s'échapper du toit de l'hôtel. On entend également des tirs», apprend-on également par les médias.

    ​D'après le représentant du ministère afghan de la Santé, 15 véhicules de pompiers ont été dépêchés vers l'hôtel.

    «Tous les moyens ont été mobilisés dans les hôpitaux de Kaboul pour être prêts à accueillir d'éventuels blessés. Nous n'avons pas encore accès à l'hôtel donc nous n'avons pas encore d'informations concrètes concernant le nombre de victimes», a-t-il annoncé.

    Comme l'indique l'agence Reuters, le directeur de l'établissement, Ahmad Haris Nayab, qui est sorti sain et sauf, a déclaré que les assaillants avaient pénétré dans la partie principale de l'hôtel en passant par les cuisines.

    À son tour, un témoin a précisé que des membres du personnel de l'hôtel et des clients avaient été pris en otages.

    Au cours de la nuit, les forces spéciales déployées ont repris progressivement le contrôle des étages.

    «Mais nous progressons lentement pour éviter les victimes civiles», a expliqué le porte-parole adjoint du ministère de l'Intérieur, Nasrat Rahimi.

    Les talibans ont revendiqué dimanche cette attaque.

    Les forces spéciales afghanes ont mis fin au siège de l'Hôtel Inter Continental de Kaboul, tuant le dernier assaillant encore en vie, a dit dimanche le porte-parole du ministère de l'Intérieur Nadjib Danish. Lors de l'opération, 153 personnes, dont 41 étrangers, ont été évacuées.

    Une attaque s'est déroulée samedi dans la capitale afghane où l'hôtel Intercontinental a été pris pour cible par des inconnus, a indiqué le ministère afghan de l'Intérieur. Des tirs ont été entendus sur les lieux, plusieurs personnes ont été prises en otage, plusieurs autres sont mortes ou blessées, selon des médias locaux.

    Au moins quatre kamikazes auraient pu pénétrer à l'intérieur du bâtiment, selon les premières informations. Des témoins, qui ont réussi à s'enfuir de l'hôtel attaqué, ont indiqué samedi à Tolo News qu'ils avaient vu une quinzaine de morts ou blessés au rez-de-chaussée et au premier étage.

    Lire aussi:

    Kaboul: la fuite de clients de l’hôtel lors d’une attaque meurtrière des Talibans (vidéo)
    14 étrangers font partie des victimes de l’attaque contre l’Intercontinental de Kaboul
    Évacuation d’un hôtel de glace suite à… un incendie!
    Tags:
    attaque, morts, blessés, victimes, Kaboul, Afghanistan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik