International
URL courte
9351
S'abonner

Sergueï Lavrov, chef de la diplomatie russe, a fustigé les États-Unis pour leur incapacité à s’entendre avec la Corée du Nord. Selon lui, c’est Washington qui a été la première à violer les accords nucléaires, et ce dès 2005.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a sévèrement critiqué les Etats-Unis qu'il juge incapables de pouvoir s'entendre avec la Corée du Nord, dans d'un entretien qu'il accordé au journal russe Kommersant.

Selon lui, la violation des accords internationaux qui lient les grandes puissances est inadmissible.

«Je trouve cela inacceptable, que ce soit l'Iran, la Syrie, la Libye, le Yémen ou la péninsule coréenne au sujet de laquelle un accord, qui énumérait clairement les obligations de la Corée du Nord et des autres pays, a été conclu en 2005», a souligné M.Lavrov.

Les Etats-Unis ont très rapidement violé cet accord, selon lui.

«Deux semaines après que tout a été écrit, les Américains ont tout à coup «déterré» une vieille histoire au sujet d'un compte dans une banque de Macao et ont commencé à geler les comptes nord-coréens», a déclaré le chef de la diplomatie russe.

On peut discuter autant que l'on veut du fait que la Corée de Nord avait raison et que les Etats-Unis avaient tort, il n'en demeure pas moins qu'un accord avait été passé, a constaté le chef de la diplomatie russe.

«Maintenant, à considérer les choses globalement, la principale question est celle de la capacité à s'accorder», a conclu le diplomate russe.

Lire aussi:

Une jeune femme violée dans le métro parisien, son agresseur déjà arrêté 11 fois pour des infractions sexuelles
Scènes de violences urbaines à Lyon entre la police et des habitants d'un quartier – vidéos
«Ça ne suffit pas»: les autorités exhortent les soignants à se faire vacciner «très rapidement»
Après le Covid, le chaos social? Le FMI s'inquiète pour la France
Tags:
ministre, crise, diplomatie, accords, Sergueï Lavrov, Washington, Pyongyang, États-Unis, Corée du Nord
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook