International
URL courte
0 31
S'abonner

Les militants de HRW ont accusé Riyad d'avoir fait au moins 1.000 morts au Yémen dans des «attaques illégales» perpétrées durant l'année 2017. Or, pour le politologue saoudien Khaled al Majrashi contacté par Sputnik, le rapport de l'ONG est basé sur des «informations falsifiées».

L'ONG Human Rights Watch a accusé l'Arabie saoudite d'avoir commis 87 attaques illégales au Yémen en 2017, qui ont fait au moins 1.000 morts dans le pays.

«Nous avons enregistré de nombreux crimes commis par la coalition militaire emmenée par l'Arabie saoudite à l'encontre du peuple yéménite», a déclaré le porte-parole de HRW Ihmed ben Shamsi à Sputnik.

Selon lui, le royaume saoudien et ses alliés «violent toutes les lois écrites et non écrites de la guerre». L'ONG attire notamment l'attention sur les conséquences néfastes du blocus imposé par la coalition au Yémen, en raison duquel des millions de personnes souffrent de faim et des centaines de milliers ont contracté le choléra.

Pour sa part, le politologue saoudien Khaled al Majrashi a mis en doute les informations présentées par l'organisation dans ses documents.

«Leurs rapports ne parlent jamais des crimes commis par les terroristes en Arabie saoudite, en Égypte ou à Bahreïn, car ils s'efforcent surtout de dénoncer les gouvernements de ces pays. Il faut qu'ils dénoncent les actes des terroristes et pas ceux qui les combattent», a insisté M.al Majrashi dans un entretien accordé à Sputnik.

Selon lui, le récent rapport de HRW sur la situation au Yémen repose entièrement sur des informations «fausses et falsifiées» provenant des insurgés Houthis combattus par la coalition arabe.

Lire aussi:

Une rixe d’une rare violence filmée en pleine rue à Fleury-Mérogis – vidéo
Une «cause extérieure»: le capitaine qui a transporté le nitrate d'ammonium parti en fumée à Beyrouth s’exprime
Après le Covid-19, la Chine voit ressurgir un virus mortel transmis par les tiques
Tags:
choléra, conflit, blocus, rapport, ONG, combat, victimes, coalition arabe, Human Rights Watch (HRW), Khaled al Majrashi, Ihmed ben Shamsi, Arabie Saoudite, Yémen
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook