Ecoutez Radio Sputnik
    NASA

    La NASA victime du shutdown: et si un astéroïde approchait?

    © AP Photo/ AP Photo/Patrick Semansky
    International
    URL courte
    10104

    Certaines structures publiques américaines ont dû suspendre leurs activités en raison du shutdown. La NASA ne fait pas exception. Tant que durera cette crise budgétaire qui nous préviendra que des astéroïdes approchent dangereusement de notre planète?

    Le shutdown, a touché la NASA et ses départements qui scrutent l'espace pour repérer les astéroïdes dans l'environnement de la Terre, indique le portail BuzzFeed.

    «Il y aura du personnel disponible si un tel incident [apparition d'astéroïdes, ndlr] a lieu», a déclaré le porte-parole de cette organisation, Bob Jacobs.

    Mais tout ne dépend pas que de la NASA.

    «Nous serons au travail, mais nous ne savons pas si l'échelle d'urgence auprès du Président aura tous ses échelons», s'interroge Kenneth Chambers, directeur des observatoires de Pan-STARRS à Hawaï.

    Le Centre des planètes mineures, qui rassemble les informations collectées dans le monde entier sur les astéroïdes qui approchent de la Terre, n'a pas cessé de fonctionner, a fait savoir son directeur Matthew Holman.

    Auparavant, la NASA avait annoncé qu'un astéroïde d'un kilomètre de diamètre potentiellement dangereux passerait devant la Terre.

    Le shutdown a été provoqué par l'absence de compromis budgétaire entre les républicains et les démocrates au Sénat américain. Les sénateurs démocrates lient leur vote du projet de budget à la résolution de la question migratoire exacerbée par la décision de Donald Trump d'abroger le programme protégeant les mineurs étrangers entrés clandestinement sur le sol américain.

    Lire aussi:

    L’«astéroïde de la mort» devrait passer à côté de la Terre en juillet
    Rendez-vous ce soir? Un astéroïde fonce encore vers la Terre
    L'homme peut apprendre à contrôler l'orbite des astéroïdes
    Tags:
    crise, budget, astéroïde, NASA, Terre, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik