Ecoutez Radio Sputnik
    Skopje

    Nom d’une ex-république yougoslave: doit-on s’attendre à une 4e Guerre macédonienne?

    © AFP 2018 DIMITAR DILKOFF
    International
    URL courte
    9419

    La ville de Thessalonique, capitale de la province grecque de Macédoine, a connu dimanche une forte mobilisation contre l’utilisation du nom de leur région pour désigner l’Ancienne république yougoslave de Macédoine. Quelque 100.000 personnes sont alors descendues dans la rue. Le politologue macédonien Aleksandar Dastevski en a parlé à Sputnik.

    Les manifestations qui secouent actuellement la Grèce montrent qu'il n'y aura pas de solutions simples, a déclaré Aleksandar Dastevski à Sputnik.

    «La question de l'appellation n'est pas facile à résoudre et ce, d'autant plus que la situation devient de plus en plus compliquée. Il s'agit d'organiser deux référendums tant en Grèce qu'en Macédoine», a expliqué l'interlocuteur de l'agence.

    Et de rappeler qu'il y aurait en Grèce des élections l'été prochain.

    «Et si la droite gagne, toutes les ententes enregistrées auparavant entre Athènes et Skopje pourraient voler en éclats. La situation dans laquelle se trouve le gouvernement macédonien est encore plus "intéressante". Il s'attend notamment à ce que, lors du sommet de l'Otan en juin, la Macédoine soit invitée dans l'Alliance», a poursuivi le politologue.

    Il a relevé que cela ne se produirait pas si un compromis sur l'appellation n'était pas trouvé d'ici là.

    «Si la Macédoine n'est pas admise dans l'Otan, cela affectera la réputation des nouvelles autorités et […] pourrait déboucher sur la demande de nouvelles élections parlementaires», a prévenu M.Dastevski.

    Et de conclure que cela se produisait à cause de l'absence, en Macédoine, d'un dialogue politique susceptible de dégager un consensus sur le nom du pays.

    La décision finale, dans le cadre du litige qui oppose la Grèce à la Macédoine sur le nouveau nom à donner à l'ancienne république yougoslave, devrait être prise lors d'un référendum national, avait déclaré en amont le Premier ministre macédonien Zoran Zaev.

    Le litige entre Skopje et Athènes sur le nouveau nom à donner à l'Ancienne république yougoslave de Macédoine dure depuis la désintégration de la Yougoslavie en 1991. La Grèce veut éviter toute confusion entre le nom d'une de ses régions septentrionales et celui de l'ancienne république yougoslave.

    À cette occasion, bien des observateurs font des allusions historiques, notamment aux Guerres macédoniennes. La troisième Guerre macédonienne (172 à 168 av. J.-C.) a opposé la République romaine au Royaume de Macédoine sous le règne de Persée. Ce conflit s'est soldé par la victoire des Romains, alliés principalement à Eumène II de Pergame, à la bataille de Pydna et met fin à l'indépendance macédonienne.

    Lire aussi:

    Pour élargir l’Otan, les USA «sacrifient la stabilité» de la Macédoine et de la région
    La version finale du nouveau nom de la Macédoine dévoilée
    Les Balkans sont-ils menacés par un «printemps macédonien»?
    Tags:
    adhésion, élections législatives, gouvernement, manifestation, Sputnik, OTAN, Zoran Zaev, Aleksandar Dastevski, Grèce, Skopje, Macédoine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik