Ecoutez Radio Sputnik
    Ali Khamenei, Guide de la révolution

    Iran: l'enseignement de l'anglais interdit en primaire. Pourquoi?

    © AP Photo / Office of the Iranian Supreme Leader
    International
    URL courte
    16166

    L'apprentissage de l'anglais a été interdit à l'école primaire en Iran après la décision du guide de la Révolution iranienne, Ali Khamenei, de considérer cette pratique comme favorisant une «invasion culturelle» occidentale. Sputnik s’en est entretenu avec des enseignants iraniens.

    L'Iran a supprimé les cours d'anglais à l'école primaire. Selon Mehdi Navid-Adham, président du haut conseil iranien de l'éducation, enseigner l'anglais dans les écoles primaires publiques et non publiques est contraire aux lois et règlements, et la priorité doit être donnée à la «promotion du farsi et à la culture iranienne».

    S'adressant à des enseignants, Ali Khamenei a expliqué pour sa part ne pas être opposé à l'apprentissage de langues étrangères mais a refusé la promotion d'une «culture étrangère» auprès des enfants et de la jeunesse.

    L'enseignante d'anglais Kiyana Mohammadniya, diplômée de l'Université Azad de Téhéran, a déclaré à Sputnik être contre cette interdiction.

    «Même les actuelles méthodes d'enseignement d'anglais sont mieux que rien. Une simple connaissance des lettres anglaises et de certains mots suffisent pour que les enfants ne se sentent pas parfaitement ignorants en la matière», a estimé l'interlocutrice de l'agence.

    L'instituteur d'anglais de Rasht, Hushang Baqalpur, est somme toute contre cette mesure, mais pense qu'à ce jour, elle est sans doute «justifiée», vu la nécessité d'améliorer la méthode.

    «Je suis contre l'interdiction de l'apprentissage de l'anglais en primaire, mais compte tenu des méthodes actuelles d'enseignement, cette décision serait justifiée. Elle pourrait contribuer à l'amélioration de la situation dans ce domaine», a-t-il expliqué.

    Zohreh Mohammadikhah, directrice d'une école à Hamadan, a estimé dans un entretien accordé à Sputnik que parallèlement à l'enseignement de l'anglais, il fallait parler aux enfants de la culture des pays anglophones.

    «Il arrive que nos élèves ne puissent pas se servir de leur connaissance en anglais, la culture et les valeurs américaines se trouvant en contradiction totale avec notre culture à nous. Pour les Américains, par exemple, le chien est le meilleur ami de l'homme, alors que les musulmans considèrent ces animaux comme sales et évitent tout contact avec eux», a relevé l'interlocutrice de Sputnik.

    L'apprentissage d'une langue étrangère (anglais, arabe, etc) est obligatoire à partir de l'âge de 12 ans en Iran. Mais de plus en plus d'écoles primaires proposent des cours d'anglais à leurs élèves. Aussi les familles aisées et éduquées ne se privent-elles pas d'inscrire leurs enfants à des cours d'anglais privés dans des instituts spécialisés.

    Lire aussi:

    L’Iran prend des mesures pour tenir tête à une «invasion culturelle» occidentale
    «Pourquoi tout est en anglais?»: des Français expliquent la rivalité des langues
    Parlez-vous anglais européen? Le Brexit pourrait faire apparaître une nouvelle langue
    Tags:
    interdiction, primaire, enseignement, Sputnik, ayatollah Ali Khamenei, Mehdi Navid-Adham, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik