International
URL courte
13130
S'abonner

Les pays occidentaux ne sont pas intéressés par la préservation de l'unité et de l'intégrité territoriale de la République arabe syrienne, a déclaré samedi la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères commentant les propos de l’ambassadeur de France à l’Onu.

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a commenté les propos du représentant permanent de la France auprès des Nations unies à New York, François Delattre, portant sur une éventuelle division de la Syrie.

«Ce n'est plus un lapsus, c'est une déclaration dans le style de Freud, c'est ce que nos collègues occidentaux ont pensé pendant des années et qu'ils ont gardé à l'esprit», a-t-elle déclaré à l'antenne de la chaîne de télévision Rossiya 1.

«Toutes les actions de la soi-disant coalition, en particulier des États-Unis et leurs alliés les plus proches, montrent que l'unité, l'intégrité territoriale de la Syrie n'est pas à l'ordre du jour des pays occidentaux», a-t-elle ajouté.

L'état-major turc a annoncé le 20 janvier le lancement de l'opération Rameau d'olivier contre les milices kurdes positionnées dans la région syrienne d'Afrine. Dimanche, une opération terrestre a débuté. Des soldats de l'Armée syrienne libre (ASL) y prennent également part.

Damas a fermement condamné les actions d'Ankara, rappelant qu'Afrine était une partie indissociable de la Syrie. Moscou a pour sa part appelé toutes les parties à la retenue et a exhorté à respecter l'intégrité territoriale de la Syrie.

Lire aussi:

Pfizer n'est «pas certain» que son vaccin stoppe la transmission du Covid-19
Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
L’organisateur de l’orgie gay ayant accueilli l’eurodéputé hongrois livre des détails de la soirée
Bill Clinton se fait masser par une accusatrice de Jeffrey Epstein sur des clichés de 2002 – photos
Tags:
crise diplomatique, division, opération, coalition, Syrie, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook