Ecoutez Radio Sputnik
    Une test nucléaire français à Mururoa (1971)

    Apocalypse: qui contribue le plus à l’anéantissement du monde?

    © AFP 2018
    International
    URL courte
    Irina Dmitrieva
    18237

    L’horloge de la fin du monde affiche de nouveau minuit moins deux, pour la première fois depuis 1953. L’imminence du danger qui pèse sur l’humanité est le résultat d’activités ou d’inaction de plusieurs pays. Mais qui est le champion du triste classement des États ayant le plus contribué à l’avancée de l’Apocalypse?

    Il ne reste plus que deux minutes avant l’heure fatidique de minuit symbolisant la disparition de l’humanité. L’horloge conceptuelle de l’Apocalypse a été avancée le 25 janvier dernier de 30 secondes. Voici le top 8 des pays qui ont le plus souvent été mentionnés par les créateurs de l’horloge comme ayant contribué à la hausse du danger d’une catastrophe planétaire.

    États-Unis

    Test nucléaire US dans le Nevada en 1957
    Un test nucléaire américain dans le Nevada en 1957

    Les États-Unis se trouvent en tête du triste classement des pays qui rendent le monde plus vulnérable aux menaces nucléaires, écologiques et technologiques. Le nom de ce pays figure le plus souvent dans les communiqués de presse du Conseil de la revue Bulletin of the Atomic Scientists, qui met à jour l’horloge de la fin du monde. Le Conseil a mentionné les États-Unis 16 fois dont 10 fois en faisant avancer l’aiguille vers l’heure du cataclysme planétaire.

    Les experts ont ainsi dénoncé les essais thermonucléaires américains, la guerre du Vietnam, la politique de confrontation du Président Ronald Reagan et la suspension des négociations avec l’URSS sur le contrôle des armes. Ils ont également exprimé leur préoccupation après que les États-Unis ont rejeté une série de traités de contrôle des armes, ont annoncé leur intention de se retirer du Traité ABM (Anti-Balistic Missile), de créer de nouvelles armes nucléaires et de déployer leur bouclier antimissile, y compris en Europe.

    En janvier 2017, l'horloge de l’Apocalypse a été avancée de 30 secondes en raison notamment des déclarations faites par le Président américain Donald Trump concernant la gestion des problèmes des armes nucléaires et le réchauffement climatique.

    Cette année, nous nous sommes approchés encore de trente secondes de la fin du monde sur fond de tensions sur la scène internationale et du réchauffement climatique. Parmi les facteurs alarmants, on note les échanges de menaces entre la Corée du Nord et les États-Unis, deux puissances nucléaires, ainsi que le risque d’une rupture de l’accord sur le nucléaire iranien à l’initiative des États-Unis. L’Apocalypse n’a jamais été aussi proche depuis 1953…

    URSS/Russie

    Polygone nucléaire de Semipalatinsk
    © Sputnik . A.Solomonov
    Polygone nucléaire de Semipalatinsk

    L’Union soviétique a été le premier pays à faire avancer les aiguilles de l’horloge de l’Apocalypse. Au moment de sa création en 1947, l’horloge a été mise à 23h53 par les chercheurs du projet américain Manhattan qui avait produit la première bombe atomique durant la Seconde Guerre mondiale. En 1949, le Conseil du Bulletin of the Atomic Scientists a avancé l’horloge de quatre minutes, à 23h57, après le premier test nucléaire soviétique, qui a marqué le début de la course aux armements.

    Au total, l’URSS puis la Russie, son héritière en droits en ce qui concerne le nucléaire, ont fait ajuster l’aiguille de l’horloge apocalyptique 14 fois, marquant les hauts et les bas de la lutte contre la non-prolifération nucléaire.

    Huit fois, l’aiguille a avancé en raison d’essais nucléaires et thermonucléaires, des négociations russo-américaines sur le nucléaire suspendues, de la guerre en Afghanistan et d’un risque de prolifération des armes nucléaires dans la Russie post-soviétique.

    Mais l’aiguille a aussi reculé après la signature des traités de non-prolifération des armes nucléaires (TNP), d’interdiction des essais nucléaires (CTBT), des traités sur la défense antimissile (ABM), sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (INF) et après la chute du mur de Berlin acceptée par l’URSS. L'horloge a été le plus loin de minuit depuis sa création (23h43) en 1991, l’année de la dislocation de l’URSS et de la signature du Traité de réduction des arsenaux nucléaires stratégiques (START).

    Inde

    Missile balistique à capacité nucléaire indien Agni II (image d'archives)
    © AFP 2018 Raveendran
    Missile balistique à capacité nucléaire indien Agni II (image d'archives)

    L’Inde, qui s’est dotée d’armes nucléaires pendant les années 1970, a été trois fois parmi les pays à influer sur le mouvement des aiguilles de l’horloge de l’Apocalypse. En 1968, c’était sa deuxième guerre contre le Pakistan qui a suscité la préoccupation des experts.

    En 1974, l’Inde a fait exploser sa première arme nucléaire souterraine nommée Bouddha Souriant.

    En 1998, New Delhi a de nouveau organisé des essais nucléaires, à trois semaines d’intervalle avec le Pakistan.

    Pakistan

    Le Pakistan a attiré l’attention des responsables de l’horloge de l’Apocalypse trois fois, en 1968, 1969 et 1998. À la fin des années 1960, il a causé l’inquiétude en raison de sa guerre contre l’Inde de 1965 et de son refus de signer le Traité sur la non-prolifération nucléaire (TNP).

    En 1998, Islamabad a mené des essais nucléaires. Ces tests ont poussé les experts à avancer l’horloge de la fin du monde de cinq minutes, à 23h51. Ce pays n’a plus jamais attiré l’attention des responsables de l’horloge de l’Apocalypse.

    Mais cet État, qui continue de perfectionner ses moyens nucléaires tactiques, a toujours des relations tendues avec l’Inde.

    Corée du Nord

    Vue de la Corée du Nord
    © AFP 2018 JUNG Yeon-Je
    Vue de la Corée du Nord

    La Corée du Nord, dont les programmes balistique et nucléaire suscitent la préoccupation de la communauté internationale, est l’un des nouveaux venus dans la liste des pays rapprochant la fin du monde. En 2006, ce pays a mené un test nucléaire, provoquant l’avancement de l’horloge de l’Apocalypse de deux minutes en 2007.

    Dans son communiqué du 25 janvier 2018, le Bulletin of the Atomic Scientists a de nouveau mis en garde contre les essais nucléaires menés par Pyongyang.

    L’Onu a adopté neuf trains de sanctions contre la Corée du Nord. Les trois derniers ont été décidés sous l'impulsion des Américains après des essais de missiles et un nouveau test nucléaire nord-coréen.

    France

    L'eau du Pacifique entre en ébullition après un essai nucléaire français (5 septembre 1995)
    © AP Photo / Marcel Mochet
    L'eau du Pacifique entre en ébullition après un essai nucléaire français (5 septembre 1995)

    En 1968, l’horloge de la fin du monde a affiché 23h53, soit cinq minutes de plus qu’avant, suite notamment à la création et aux premiers tests des armes nucléaires françaises en 1960. Depuis cette date, la France n’a plus été mentionnée parmi les pays qui nous font nous rapprocher d’une guerre nucléaire.

    Mais ce pays a poursuivi ses essais nucléaires, menant au total 210 test entre 1960 et 1996, d'abord dans le désert algérien puis en Polynésie française, d'une puissance cumulée d'environ 13 mégatonnes.

    En 1996, la France s'est engagée à ne plus jamais réaliser d'autres essais nucléaires suite à la signature du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (CTBT). Depuis, les test nucléaires sont effectués à l'aide de simulations et d'expériences de fissions et fusions à petite échelle.

    Chine

    Le premier essai nucléaire chinois
    Le premier essai nucléaire chinois

    Tout comme la France, la Chine est devenue une puissance nucléaire pendant les années 1960. En 1964, elle a commencé à tester ses armes atomiques, ce qui a été une raison pour avancer l’horloge de l’Apocalypse de cinq minutes en 1968.

    Iran

    La République islamique d’Iran est loin d’être parmi les leaders du classement apocalyptique. En 2007, le développement par Téhéran d’un programme nucléaire a été mentionné comme une des raisons pour avancer l’horloge de deux minutes.

    En juillet 2015, l’Iran et les puissances du groupe P5+1 (États-Unis, Allemagne, France, Royaume-Uni, Russie et Chine) ont conclu le Plan global d'action conjoint sur le programme nucléaire iranien, après 12 ans de crises diplomatiques et d'âpres négociations.

    Lire aussi:

    Au seuil de la fin du monde: quand étions-nous si proches de l’Apocalypse?
    Le monde n’a plus que «deux minutes» avant l’Apocalypse
    L’horloge de l’Apocalypse donne 23h57: Noam Chomsky désigne le coupable
    Tags:
    Traité de réduction des armes stratégiques offensives (START), sanctions, Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP), Traité de défense antimissile (ABM), Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (CTBT), tests nucléaires, Horloge de l'Apocalypse, Bulletin of the Atomic Scientists, ONU, Chine, Inde, Pakistan, Iran, Corée du Nord, France, URSS, Russie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik