Ecoutez Radio Sputnik
    Un navire des gardes-côtes turcs patrouille en mer d'Egée

    Pourquoi la vedette grecque se rendait-elle vers les îles objet d'un litige Grèce-Turquie?

    © REUTERS / John MacDougall/Pool
    International
    URL courte
    11134

    La vedette militaire grecque que des navires de guerre turcs ont empêché de s'approcher des îlots Imia/Kardak, qui font l'objet d'un litige entre la Grèce et la Turquie, transportait le ministre grec de la Défense, a affirmé l'agence Anadolu.

    C'est le ministre grec de la Défense, Panos Kammenos, qui se trouvait à bord de la vedette dont la tentative d'approcher des îlots Imia/Kardak, faisant l'objet d'un litige entre la Grèce et la Turquie, a été stoppée par les gardes-côtes turcs, a annoncé dimanche l'agence Anadolu, se référant au ministère turc de l'Intérieur.

    Selon l'agence, Panos Kammenos avait l'intention de débarquer sur les îles pour y déposer des fleurs.

    Se référant toujours au ministère turc de l'Intérieur, elle a affirmé qu'«après un avertissement lancé par la partie turque, la vedette du ministre grec avait quitté les eaux territoriales de la Turquie».

    Plus tôt dans la journée, l'état-major turc avait annoncé que les forces navales du pays avaient empêché deux navires grecs d'approcher des îlots litigieux. Ceux-ci, situés en mer Égée, sont nommés Imia côté grec et Kardak côté turc.

    Le litige sur l'appartenance territoriale des deux îlots rocheux d'Imia dans l'archipel de Dodécanèse, en mer Égée, a débouché en 1996 sur une crise dans les relations entre la Grèce et la Turquie. Le conflit n'a été éteint qu'avec l'intervention de la communauté internationale, de l'Otan et des États-Unis. Le dernier jour de la crise, le 31 janvier 1996, un hélicoptère de l'armée grecque s'est écrasé dans le secteur, causant la mort de trois officiers grecs. La raison de l'accident avait été attribuée à une défaillance technique.

    Lire aussi:

    Le conflit le plus explosif qui couve en Europe
    Les hackers grecs et turcs se lancent dans une guerre informatique
    Tsipras: l’arrêt des négociations d’adhésion d’Ankara à l’UE, une «erreur stratégique»
    Tags:
    litige, Anadolu, OTAN, Panos Kammenos, mer Egée, États-Unis, Grèce, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik