Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump à Davos

    1ère année à la Maison-Blanche: décryptage du discours de Trump à Davos

    © REUTERS / Carlos Barria
    International
    URL courte
    Kirill Latypov
    4512

    Dans un discours prononcé lors du forum de Davos, Donald Trump a fait le bilan de sa première année à la Maison-Blanche et a confirmé les principes déterminant la politique de Washington sur la scène internationale.

    Malgré des spéculations sur le fait que Donald Trump ne se rendrait pas au Forum économique mondial (WEF) à Davos, le chef de l'État américain y a quand même participé. Son intervention du 26 janvier lors de cet événement est devenue une sorte de bilan de la première année de sa présidence. De plus, il a présenté sa vision du rôle des États-Unis sur la scène internationale.

    Succès économiques

    Le discours de M.Trump a commencé avec l'économie qui avait occupé une place importante dans son programme électoral. Le Président a constaté la sortie des États-Unis de la stagnation économique, la forte croissance des marchés boursiers et l'amélioration de la situation sur le marché du travail.

    «Depuis mon élection, nous avons créé 2,4 millions d'emplois et leur nombre grandit, très substantiellement», a déclaré M.Trump.

    Il a accordé une attention particulière à sa réforme fiscale qui, selon lui, a favorisé l'augmentation des revenus des Américains et a amélioré le climat des affaires aux États-Unis.

    «Nous avons abaissé notre taux d'imposition sur les sociétés de 35% à 21%. En conséquence, des millions de salariés ont reçu des primes des réductions d'impôts de leurs employeurs», a souligné Donald Trump.

    Donald Trump constate la sortie des États-Unis de la stagnation économique
    © AFP 2018 TIMOTHY A. CLARY
    Donald Trump constate la sortie des États-Unis de la stagnation économique

    Dans le même contexte, il a pointé la réduction des régulations qui avait aussi été annoncée lors de sa campagne électorale.

    Il faut indiquer que ces thèses sont étayées par des chiffres. Selon le Bureau américain de l'analyse économique (BEA), au dernier trimestre 2017, le PIB a augmenté de 2,6% par rapport au trimestre précédent, alors que pour la même période de 2016, dernière année de la présidence de Barak Obama, l'augmentation trimestrielle était inférieure à 2%. Le taux de chômage est passé de près de 5% en 2016 à 4,1% fin 2017.

    America first

    Au Forum économique mondial, Trump ne s'est pas limité à l'économie intérieure. Il a aussi évoqué le commerce international.

    «Je crois à l'Amérique. Président des États-Unis, je placerai toujours l'Amérique au premier rang comme les dirigeants d'autres pays doivent aussi placer leur pays au premier plan», a-t-il indiqué parlant de sa politique commerciale.

    Selon lui, le système actuel du commerce international est malhonnête, il déforme les marchés internationaux, donc, ce système a besoin de réformes sur lesquelles Washington est en train de travailler.

    Quant aux mesures concrètes, le Président américain a annoncé le développement de liens et régimes bilatéraux de commerce avec des partenaires économiques des États-Unis, notamment avec les participants de l'accord de partenariat transpacifique (TPP), qualifié de trahison par M.Trump en 2016. Juste après son investiture en janvier 2017, Washington s'est désengagé du TPP.

    États-Unis sont extrêmement attractifs pour les investissements, selon Donald Trump
    © AP Photo / Brynn Anderson
    États-Unis sont extrêmement attractifs pour les investissements, selon Donald Trump

    Néanmoins, cette politique ne veut pas dire que les États-Unis restent seuls et isolés. Au contraire, maintenant ils sont extrêmement attractifs pour les investissements, grâce à la réforme des impôts, est convaincu le chef de l'État américain.

    «Quand les États-Unis grandissent, le monde aussi. La prospérité américaine a créé des emplois dans le monde entier», a-t-il souligné évoquant le rôle de Washington pour le développement mondial.

    Sécurité et problèmes internationaux

    Le principe de l'exclusivité, mentionné dans la partie économique du discours, a été développé par le Président américain dans la section concertant la sécurité. Selon lui, Washington a «dirigé des efforts historiques» pour régler les principaux problèmes de sécurité internationale contenus dans son programme présidentiel, tels que la dénucléarisation de la péninsule coréenne, le dossier iranien, l'anéantissement de Daech et d'autres organisations terroristes.

    Il semble que cette partie de l'intervention de Donald Trump à Davos ait été le talon d'Achille des résultats de sa première année au poste de Président. Malgré l'activité incessante du locataire de la Maison-Blanche sur les sujets internationaux, tous ces problèmes restent non résolus.

    En ce qui concerne la victoire sur Daech en Syrie et en Irak, le rôle de Washington et de sa coalition est discutable, parce que leur présence et actions non seulement n'ont pas été autorisées par Damas, mais aussi parce qu'ils ont joué un jeu trouble dans leurs relations avec des groupes armés terroristes. Un exemple ne datant que d'octobre 2017: le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a constaté des faits de soutien américain à des terroristes lors de la libération de la ville syrienne d'Abou Kamal, il a en outre évoqué l'organisation de couloirs de sécurité pour djihadistes à Mossoul et Raqqa.

    Lire aussi:

    Création de «foyers de tensions» comme moyen de survivre pour les USA?
    Trump est-il le cheveu sur la soupe de Davos 2018?
    Le «nouveau miracle économique» pronostiqué par Trump verra-t-il le jour?
    Tags:
    président, impôt, forum, commerce, PIB, sécurité, économie, Daech, présidence américaine, ministère russe des Affaires étrangères, Donald Trump, Sergueï Lavrov, Barack Obama, Davos, Raqqa, Mossoul, Washington, Syrie, Irak, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik