International
URL courte
13032
S'abonner

Le cabinet des ministres japonais a mis à la retraite un vice-ministre qui avait douté de la fiabilité des hélicoptères américains stationnant dans le pays après la survenue de plusieurs accidents, a annoncé l'agence Kyodo.

Fumiaki Matsumoto, vice-ministre à la chancellerie du Japon, est désormais au chômage. Une décision appropriée a été prise par le cabinet nippon à l'encontre du haut responsable qui s'est permis des propos jugés déplacés au sujet de la sécurité des hélicoptères américains stationnant dans la préfecture d'Okinawa (sud du Japon), a rapporté l'agence japonaise Kyodo.

«Nous avons accepté sa démission dans laquelle il a indiqué que ses remarques avaient inquiété les habitants d'Okinawa et de l'ensemble du pays», a déclaré le Premier ministre, Shinzo Abe.

Fumiaki Matsumoto devra assumer la responsabilité de ses propos, a souligné Shinzo Abe qui a également promis d'alléger le fardeau supporté par les habitants d'Okinawa.

Au cours d'une récente réunion du Parlement, un député de l'opposition a évoqué la série d'atterrissages forcés effectués récemment par des hélicoptères militaires américains à Okinawa. Fumiaki Matsumoto a alors laissé échapper: «Combien de personnes en sont mortes?».

En décembre dernier, un hublot d'hélicoptère était tombé sur le terrain de sport d'une école, à proximité de la base aérienne américaine de Futenma. Deux mois plus tôt, un hélicoptère avait pris feu en atterrissant dans un champ désert d'Okinawa.

De tels incidents alimentent l'opposition à la présence américaine sur ce territoire du Pacifique, où les habitants dénoncent aussi régulièrement la pollution sonore et les problèmes de sécurité après des cas de viols, d'agressions ou encore d'accidents de la route.

La majeure partie des installations militaires des États-Unis se situe sur l'île d'Okinawa.

Lire aussi:

Une rixe d’une rare violence filmée en pleine rue à Fleury-Mérogis – vidéo
Où est passé le navire ayant apporté le nitrate d’ammonium à Beyrouth?
Après le Covid-19, la Chine voit ressurgir un virus mortel transmis par les tiques
Une «cause extérieure»: le capitaine qui a transporté le nitrate d'ammonium parti en fumée à Beyrouth s’exprime
Tags:
base aérienne, accident, Agence Kyodo, Shinzo Abe, Fumiaki Matsumoto, Futenma, Okinawa, États-Unis, Japon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook