International
URL courte
140
S'abonner

Des dizaines de princes et de hauts responsables mis en détention en novembre dans un hôtel de luxe à Riyad dans le cadre d'une opération anti-corruption ont été libérés.

Tous les individus détenus par les autorités saoudiennes depuis début novembre à l'hôtel Ritz-Carlton de Riyad dans le cadre d'une opération anti-corruption ont été libérées, a déclaré mardi un responsable du royaume.

Des dizaines de princes, de hauts responsables et des hommes d'affaires ayant été interpellés dans le cadre de cette vaste opération lancée par le prince héritier Mohammed ben Salmane, l'hôtel s'était transformé en prison de luxe.

Le prince milliardaire Al-Walid ben Talal, l'un des plus importants hommes d'affaires d'Arabie saoudite, a été relâché samedi, précise Reuters.

L'hôtel devrait reprendre son mode de fonctionnement habituel dans un proche avenir.

Les autorités saoudiennes ont déclaré vouloir trouver des accords financiers avec la plupart des personnes arrêtées pour récupérer quelque 100 milliards de dollars (80 milliards d'euros) d'avoirs illicites. Certains détenus auraient refusé d'admettre des malversations et de passer un accord financier avec les autorités, et auraient été transférés de l'hôtel vers un véritable établissement pénitentiaire, relate Reuters.

Le procureur général d'Arabie saoudite, le Sheikh Saud Al Mojeb, a déclaré mardi que les accords passés avec les personnes concernées ont permis de générer environ 106,7 milliards de dollars, selon un communiqué publié par le bureau d'information du gouvernement.

Il a indiqué que le nombre total d'individus concernés par l'affaire atteignait 381 et que 65 d'entre eux étaient toujours en détention.

Lire aussi:

«Chut, taisez-vous!»: Didier Raoult s’en prend à une journaliste de BFM TV
Les «loups soldats» de la Chine révolutionnent la diplomatie chinoise
Traitée d’«Arabe de service», la policière syndicaliste Linda Kebbab porte plainte contre le «journaliste» Taha Bouhafs
Tags:
lutte contre la corruption, Riyad, Arabie Saoudite
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook