Ecoutez Radio Sputnik
    Congrès du dialogue national syrien à Sotchi

    À Vienne et à Sotchi la paix en suspens, en Syrie la guerre en marche avant!

    © Sputnik . Mikhail Voskresensky
    International
    URL courte
    Louis Doutrebente
    9540

    Vers un recul dans les processus de Paix pour la Syrie? Après de nombreuses réunions fructueuses à Astana, le sommet pour la paix syrienne à Sotchi ne débute pas sous les meilleurs auspices à cause des boycotts de l’opposition et des Kurdes. Les derniers évènements confirment davantage une nouvelle période de guerre que de paix en Syrie. Analyse.

    Bataille des communiqués autour de la conférence de paix pour la Syrie: tandis que du coté russe, on affirme avoir presque fait salle comble avec 1500 délégués sur les 1600 invités, les médias mainstream insistent sur la défection des Kurdes et de l'opposition, certains attendant même que 350 délégués.

    Une bataille informationnelle qui reflète la situation complexe sur le terrain aussi bien militaire que diplomatique. Après les succès obtenus lors du processus d'Astana, Vladimir Poutine souhaitait transformer l'essai avec le sommet pour la paix en Syrie, qui se tient à Sotchi ce 30 janvier. L'enjeu: permettre l'élaboration d'une nouvelle Constitution en vue d'organiser des élections en Syrie.

    Alors que la Russie se présente en tant que médiateur dans le règlement du conflit syrien, ce «congrès du dialogue national» risque de ne pas apporter d'avancée majeure. Signe de sa fragilité, ce sommet a été raccourci. Prévu sur deux jours, il ne se tiendra finalement que ce mardi 30 janvier et a débuté avec près de deux heures de retard.

    En cause notamment, le nombre important de défections. En effet, l'opposition syrienne- le comité des négociations syriennes (CNS) — et les Kurdes ont annoncé leurs absences au «congrès de la Paix».

    De plus, certains délégués de l'opposition syrienne, qui avaient consenti à se rendre à de la table des discussions à Sotchi ont bruyamment manifesté leur désapprobation envers les organisateurs russes. Venue de Turquie, cette contestation, dont faisaient partie des membres de l'Armée Syrienne Libre, a refusé de sortir de l'aéroport pour se rendre au sommet à cause de l'affichage des emblèmes de Damas.

    De plus, le «Comité des négociations syriennes» (CNS), présidé par Nasser Al-Hariri, et composé par une trentaine de membres représentant six mouvements différents, avait annoncé son absence du sommet de Sotchi à la suite de l'échec des pourparlers de Genève. Ces discussions, sous l'égide de l'ONU, s'étaient tenues ces 25 et 26 janvier à Vienne et non Genève pour des questions logistiques.

    Accusant la délégation syrienne représentant le gouvernement de Bachar el-Assad, le CNS avait annoncé son boycott en raison du manque d'avancées significatives, notamment politiques. En effet, les opposants souhaitent que le Président syrien perde une partie de ses pouvoirs au profit du Parlement.

    Mais si cette opposition s'est présentée unifiée à Vienne, l'évènement de Sotchi rappelle qu'il n'en est rien. Outre celle qui est venue de Turquie dans la matinée pour y repartir après leur coup d'éclat, d'autres opposants syriens sont présents dans la station balnéaire russe. Et pourtant, eux aussi demandent la réduction du pouvoir politique de Bachar el-Assad.

    On s'aperçoit alors que l'opposition à Damas est finalement très disparate. Et même si l'objectif du Kremlin de réunir à Sotchi l'ensemble des groupes d'opposition (hors mouvements terroristes) a échoué, il a tout de même réussi à rassembler une partie des opposants autour de la table de négociations. Mais la légitimité de cette conférence et les résolutions qui pourront en découler en seront réduites d'autant.

    De plus, un autre acteur majeur du conflit est absent de ce grand rendez-vous: les mouvements kurdes. Pouvant être considérés comme potentiel vainqueur de la première guerre en Syrie, les Kurdes ont annoncé ce dimanche leur boycott de ce «congrès de la Paix» à cause de l'offensive turque dirigée à leur encontre dans le nord de la Syrie. Depuis plusieurs jours, l'enclave d'Afrine est bombardée par l'armée d'Erdogan, ce dernier considérant les Kurdes comme des terroristes. Et c'est l'alliance entre Moscou et Ankara qui est dénoncée par les mouvements kurdes.

    De plus, rappelons que la conférence de Sotchi est à l'initiative de Vladimir Poutine et de la Russie, mais de concert avec l'Iran et la Turquie.

    Là encore, l'absence des Kurdes syriens est une épine dans le pied pour les organisateurs de Sotchi.

    Enfin, présentes lors de conférence à Astana, aucune des puissances occidentales n'a dépêché le moindre représentant à Sotchi. À la recherche d'une stratégie commune, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ne seront donc pas présents dans la ville côtière de la mer Noire. Et leur absence est tout à fait calculée, comme l'expriment les déclarations du ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves le Drian. Considérant que «le régime n'était pas dans la négociation, mais dans la figuration», le chef de la diplomatie française a souhaité, à l'instar de ses alliés, manifester son mécontentement après le nouvel échec des pourparlers de Genève, et peser sur la Russie. Bien que ce soit principalement l'absence d'émissaire de Washington qui peut affaiblir l'initiative de Moscou, Paris et Londres étaient davantage des acteurs secondaires dans la résolution du conflit syrien.

    Mais les Nations unies ont tout de même dépêché un émissaire à Sotchi, Staffan de Mistura. Choisi par l'ancien secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, ce diplomate européen est bien présent en Russie, et ce, malgré les divers boycotts et les revers à Vienne de la semaine passée. L'annonce de sa venue par Antonio Guterres ce 27 janvier, a été hautement saluée par Moscou, qui y voit un appui important à l'effort russe pour la paix en Syrie. Les officiels Russes ont d'ailleurs expliqué et rappelé que le processus d'Astana, dans lequel s'inscrit la conférence de Sotchi, n'avait pas pour but de remplacer les pourparlers de Genève, mais de les compléter.

    Finalement, selon les chiffres officiels, sur les 1.600 invitations, plus de 1.500 acteurs de la société civile et militaire syrienne, des délégations nationales iraniennes, turques, russes, etc., ont répondu à l'appel du Président Poutine.
    Ce nombre et la présence de Staffan de Mistura confèrent donc à Sotchi une certaine légitimité, malgré l'absence de certains opposants et acteurs du conflit syrien. À moins que les Russes n'en tirent profit pour elle et pour ses alliés.

    Si sur le plan diplomatique et politique, on peut observer un certain statu quo depuis des mois, sur le terrain, les forces évoluent.

    Soutenus par les Américains et leurs alliés, les Kurdes, pourtant grands adversaires des terroristes et prétendument vainqueurs de la première guerre de Syrie, commencent à subir des pertes humaines et territoriales. Si bien que les dirigeants kurdes ont demandé récemment l'aide de Bachar el-Assad, renforçant de fait son autorité et son pouvoir.

    Parce que si le Président syrien reste un ennemi à abattre pour nombre de gouvernements étrangers, au sein de son pays, il apparaît comme le grand et unique candidat à sa propre succession.
    Son sort ne pouvant être débattu ni à Genève ni à Sotchi, Bachar el-Assad profite des pourparlers internationaux au sujet de réformes sur la constitution nationale et sur les futures élections pour regagner du terrain face à l'opposition armée au sein de son pays et notamment dans la région d'Iblid.

    Si la guerre contre l'État islamique est gagnée, la paix se fait toujours attendre. Et les obstacles sont nombreux.

    Tout d'abord, Bachar el-Assad a reconquis une grande partie de son pouvoir et de son territoire. S'il est soutenu par les Russes et les Iraniens, il est honni par les autres acteurs majeurs de ce conflit, les Américains en tête.

    Ankara, qui a soutenu et soutient encore l'opposition armée à Damas, attaque depuis une dizaine de jours les populations Kurdes, violant ainsi le territoire syrien.

    L'Iran et le Hezbollah, qui ont affermi leur influence en Syrie en étant dans le camp des vainqueurs de cette première guerre, ont comme ennemis déclarés les États-Unis, Israël et certains pays arabes.

    Enfin, et cette liste est non exhaustive, Washington a annoncé qu'il maintiendrait une présence militaire et diplomatique dans la durée en Syrie.

    On se dirige donc davantage vers des évolutions militaires sur le terrain syrien, que vers des avancées diplomatiques dans les réunions internationales.

    Lire aussi:

    Processus de paix en Syrie: les USA sur la touche
    Réunion d’Astana, le processus de paix en Syrie vu par une opposante
    Syrie: sous la pression des acteurs étrangers, l’après-Daech s’annonce explosif
    Tags:
    paix, processus de paix, Bachar el-Assad, Vladimir Poutine, Astana, Syrie, Sotchi, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik