Ecoutez Radio Sputnik
    Nord Stream 2

    Le Nord Stream 2 est conçu «pour la sécurité du marché énergétique européen»

    © Sputnik . Sergey Guneev
    International
    URL courte
    Gazoduc Nord Stream 2 (115)
    3203

    La Commission européenne doit considérer les points forts et les atouts du Nord Stream 2, a affirmé Manfred Leitner, membre du Conseil de direction de la société pétrolière autrichienne OMV.

    Manfred Leitner, membre du Conseil de direction de la société pétrolière autrichienne OMV, a demandé à la Commission européenne de prêter attention aux côtés positifs du projet Nord Stream 2 au lieu de le voir d'un mauvais œil.

    Il a rappelé que la construction du gazoduc était financée par cinq sociétés européennes et que le projet n'était pas subventionné.

    «Il est conçu pour l'Europe et, nous en sommes fermement convaincus, pour la sécurité du marché énergétique européen. Une grande partie des investissements est destinée au marché européen, ce qui contribue de toute évidence à la croissance économique européenne», a-t-il fait remarquer en prenant la parole à la conférence européenne sur le gaz.

    En novembre dernier, la Commission européenne a proposé d'apporter des amendements à la Directive sur le gaz de l'UE pour élargir les règles du troisième paquet énergie aux futurs tronçons maritimes des gazoducs en provenance de pays extérieurs à l'Union. Ce qui vise directement le Nord Stream 2 sans pour autant bloquer sa construction.

    Le projet Nord Stream 2, d'un coût de 9,5 milliards d'euros, prévoit la construction de deux conduites, depuis le littoral russe jusqu'à l'Allemagne en passant par le fond de la Baltique. Sa capacité totale sera de 55 milliards de mètres cubes de gaz par an et il sera posé non loin du Nord Stream.
    Le tronçon maritime passera par les zones économiques exclusives et les eaux territoriales de la Russie, de la Finlande, de la Suède, du Danemark et de l'Allemagne.

    Plusieurs pays s'opposent farouchement à la construction de cette conduite, notamment l'Ukraine et les États-Unis. Kiev redoute de perdre les recettes qu'elle tire du transit de gaz russe, tandis que Washington espère exporter du gaz naturel liquéfié en Europe.

    Les sociétés européennes Shell, OMV, Engie, Uniper et Wintershall se sont engagées à investir chacune 950 millions d'euros dans le Nord Stream 2. Gazprom, qui est l'unique actionnaire de Nord Stream 2 AG, débloquera pour sa part 4,75 milliards d'euros.

    Dossier:
    Gazoduc Nord Stream 2 (115)

    Lire aussi:

    L’Allemagne donne son feu vert à la construction du gazoduc Nord Stream 2
    L'Allemagne se prépare à la construction de la partie terrestre du gazoduc Nord Stream 2
    Des écologistes allemands cherchent à saper la construction du gazoduc Nord Stream 2
    Tags:
    Royal Dutch Shell, projet, gazoduc, Nord Stream, Nord Stream 2, Commission européenne, Gazprom, Wintershall, ENGIE (ex-GDF Suez), OMV (groupe énergétique), Manfred Leitner, Europe, Allemagne, Danemark, Suède, Finlande, Russie, États-Unis, Ukraine, Kiev, Washington
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik