International
URL courte
9128
S'abonner

Plusieurs policiers de Baltimore, aux États-Unis, accusés de corruption, peuvent comparaître devant le juge pour une autre affaire. Selon les médias locaux, ils auraient porté des armes factices afin de les utiliser au cas où ils abattraient une personne innocente.

L'enquête concernant des cas de corruption dont sont accusés huit agents de l'équipe spéciale du traçage des armes de Baltimore a conduit à une autre révélation. Selon le journal local le Baltimore Sun, plusieurs policiers auraient gardé des pistolets factices dans leurs voitures afin de les utiliser en tant que preuves dans des cas où ils abattraient des innocents.

Le détective Maurice Ward, qui aurait plaidé coupable pour l'affaire de corruption, a témoigné qu'avec ses collègues, il portait des répliques d'armes et des fusils à plombs pour le cas où ils tireraient sur une personne non armée. Bien que M. Ward n'ait pas précisé si cette tactique n'avait jamais été utilisée, un autre détective impliqué dans cette enquête, Marcus Taylor, détenait un pistolet factice semblable au moment de son arrestation l'année dernière.

Cette révélation ne porte que sur l'un des abus flagrants révélés par l'enquête sur «le plus grand scandale de corruption dans la police de Baltimore», comme l'a intitulé le Sun. Les enquêteurs indiquent que les policiers chargés de chercher des armes illégales abusaient de leur pouvoir en dépouillant des suspects et des personnes innocentes, en perquisitionnant des maisons sans mandat et en vendant la drogue confisquée.

La révélation concernant des armes factices est d'autant plus frappante que c'est à Baltimore où les policiers ont tiré deux fois contre un adolescent âgé de 13 ans après qu'il se serait échappé avec une réplique d'arme. En 2014, un autre adolescent, Tamir Rice, âgé de 12 ans, a été abattu par la police sur un terrain de jeux à Cleveland en jouant avec un pistolet-jouet. De 2015 à 2016, 86 personnes ont été tuées par la police américaine parce qu'elles portaient des armes factices, selon le Washington Post.

Lire aussi:

Pfizer va réduire temporairement ses livraisons de vaccin en Europe
Assaut du Capitole: «Donald Trump et ses supporters sont tombés dans un piège»
«On va aller les taper»: ces Parisiens prêts à chasser les délinquants mineurs relâchés
Le licenciement «secret» de Jérôme Salomon de l’Institut Pasteur en 2012 refait surface
Tags:
pistolet en plastique, enquête, police, Baltimore, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook