Ecoutez Radio Sputnik
    Le Caire

    Une «fabrique d’organes» découverte au Caire

    © REUTERS/ Mohamed Abd El Ghany
    International
    URL courte
    6140

    Les autorités égyptiennes ont démantelé un gang impliqué dans un trafic de reins. Les docteurs arrêtés sont soupçonnés d'avoir prélevé les organes de personnes dans le besoin.

    Une équipe de médecins et de médiateurs impliqués dans un trafic de reins a été démantelée par la police égyptienne au Caire, rapporte le portail d'information Youm7.

    Selon le média, les criminels, par le biais d'intermédiaires, trouvaient des «donneurs» dans le besoin et les persuadaient de vendre leurs reins pour 25.000 livres égyptiennes (environ 1.150 euros). Ensuite, les «donneurs» se rendaient au Caire, où ils logeaient quelques jours dans un appartement loué et passaient des tests médicaux. La réception de ces «patients» s'effectuait dans l'un des cabinets privés de l'un des médecins désormais détenus. Ensuite, le «donneur» était transporté dans une clinique privée, où le chirurgien impliqué dans l'activité du gang faisait l'opération.

    Selon les victimes, ils recevaient 5.000 livres (environ 230 euros) avant l'opération, alors que l'argent restant ne pouvait pas être payé qu'après la venue d'un autre donneur. Le schéma était organisé de sorte que les anciens patients étaient obligés d'en chercher de nouveaux.

    Actuellement, tous les membres du gang sont détenus, tandis que les victimes témoignent.

    Il y a sept ans, l'Égypte a criminalisé le commerce d'organes humains après que l'Organisation mondiale de la Santé a classé le pays dans les 5 pires Nations au monde dans ce domaine. Mais, comme l'indique la BBC, malgré les efforts du gouvernement, qui a renforcé les peines des accusés, le trafic d'organes reste un commerce prospère dans un pays où un quart de la population vit sous le seuil de pauvreté.

    Lire aussi:

    MS-13: le gang le plus cruel du monde
    Des chercheurs russes ont appris à utiliser les transferts d'énergie entre les atomes
    Greffe cardiaque: un cœur fabriqué à l’imprimante 3D, c’est pour quand?
    Tags:
    trafic d'organes, Le Caire, Egypte
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik