International
URL courte
60687
S'abonner

Dans une allocution prononcée en Tunisie, Emmanuel Macron a évoqué la responsabilité des pays occidentaux dans la situation actuelle de la Libye.

Les pays européens, tout comme les États-Unis, sont derrière la crise en Libye, a déclaré le Président français lors d'un discours devant les parlementaires tunisiens le 1er février.

Emmanuel Macron a notamment indiqué «l'Europe, les États-Unis et quelques autres ont une responsabilité dans la situation actuelle en Libye».

«Je n'oublie pas que plusieurs ont décidé qu'il fallait en finir avec le dirigeant libyen [Mouammar Kadhafi, ndlr] sans qu'il y ait pour autant de projet pour la suite», a en outre affirmé le Président français.

Selon M.Macron, cette responsabilité a consisté à «imaginer qu'on pouvait se substituer à la souveraineté d'un peuple pour décider de son futur».

«Nous avons collectivement plongé la Libye, depuis ces années, dans l'anomie, sans pouvoir régler la situation», a-t-il résumé.

La Libye est en proie à une crise après le renversement et l'assassinat de Mouammar Kadhafi en 2011. Une diarchie s'est établie dans ce pays. Dans l'est, à Tobrouk, s'est installé le parlement élu par le suffrage universel, tandis que dans la partie ouest, à Tripoli, capitale du pays, règne le Gouvernement d'entente nationale, formé sous l'égide de l'Onu et de l'UE. Les autorités de la partie est agissent indépendamment de celles de Tripoli, avec l'Armée nationale libyenne dirigée par Khalifa Haftar qui lutte contre les islamistes.

Lire aussi:

Nouvelle attaque dans une école maternelle en Chine – vidéo
Plusieurs sangliers «poursuivis, heurtés puis écrasés» dans les Vosges – photo, vidéo
Brûler vif une personne n’a pas été reconnu comme un acte barbare par la cour d’assises de Douai
Appelés pour des cris et des insultes provenant d’un appartement, les policiers découvrent une drôle de situation
Tags:
discours, Mouammar Kadhafi, Emmanuel Macron, Tunisie, Libye, Europe, France, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook