Ecoutez Radio Sputnik
    char turc, Afrine

    «L’opération en Syrie sert à assurer pour Ankara un nouveau rôle à Genève et à Sotchi»

    © Sputnik . Hikmet Durgun
    International
    URL courte
    Opération turque «Rameau d’olivier» contre les Kurdes à Afrine (114)
    379

    La Turquie est bien déterminée à nettoyer la Syrie des «terroristes» jusqu’aux frontières irakiennes, a déclaré Recep Tayyip Erdogan dans un discours à la télévision. Amir al Saidi, spécialiste irakien des questions militaires stratégiques, a donné à Sputnik son décryptage des propos tenus par le Président turc.

    La Turquie mène à présent à Afrine, en Syrie, l'opération Rameau d'olivier, pareille à celle qu'on connaît comme le Bouclier de l'Euphrate qui n'a pas accompli tous ses objectifs. Désormais, Ankara veut réaliser toutes les tâches qu'il s'était assigné et compenser ses pertes d'autrefois, a déclaré Amir al Saidi à Sputnik.

    Armée turque
    © REUTERS / Revolutionary Forces of Syria Media Office/Handout

    «La Turquie veut jouer un important rôle politique dans la région et avoir des leviers de pression sur la situation en Syrie. […] À la veille du Congrès pour le dialogue national syrien à Sotchi, Ankara s'est fermement opposé à la participation de la délégation kurde. L'exclusion n'était faite par elle [la Turquie, ndlr] que pour les Kurdes qui y viendraient en tant qu'opposants syriens et non comme représentants du peuple kurde», a rappelé l'interlocuteur de l'agence.

    Selon ce dernier, la Turquie a à présent une influence sur certains groupes opérant dans les zones de désescalade en Syrie, mais cela ne lui suffit pas. Il lui faut une participation à part entière au processus de négociations à Sotchi et à Genève.

    «Et l'opération en Syrie sert à assurer pour Ankara un nouveau rôle à Genève et à Sotchi», a estimé M.al Saidi.

    Quant aux récentes déclarations d'Ankara, l'expert a rappelé que la Turquie et l'Irak étaient auparavant parvenus à une compréhension mutuelle dans le domaine militaire, notamment lors d'exercices conjoints à leur frontière commune.

    «Aussi, le chef de la diplomatie turque n'est-il pas venu à Bagdad afin de recevoir le "feu vert" pour l'opération d'Afrine, mais pour discuter d'éventuelles opérations conjointes à l'avenir contre les milices kurdes», a expliqué M.al Saidi.

    L'état-major turc a annoncé le 20 janvier le lancement de l'opération Rameau d'olivier contre les milices kurdes positionnées dans la région syrienne d'Afrine. Le lendemain, une opération terrestre a débuté. Des combattants de l'Armée syrienne libre (ASL) y prennent également part.

    Damas a fermement condamné les actions d'Ankara, rappelant qu'Afrine était une partie indissociable de la Syrie. Moscou a pour sa part appelé tous les belligérants à la retenue et a exhorté à respecter l'intégrité territoriale de la Syrie.

    Dossier:
    Opération turque «Rameau d’olivier» contre les Kurdes à Afrine (114)

    Lire aussi:

    Après le Rameau d’olivier, Ankara se prépare à d’autres vastes opérations en Syrie
    Rameau d'olivier: 340 cibles détruites en Syrie selon Ankara
    Après Afrin, Erdogan menace d'élargir l'offensive à d'autres villes syriennes
    Tags:
    situation, négociations, opération militaire, Kurdes, Rameau d'olivier, Bouclier de l'Euphrate (opération militaire turque), Congrès du dialogue national syrien, Armée syrienne libre (ASL), Sputnik, Recep Tayyip Erdogan, Amir al Saidi, Moscou, Bagdad, Irak, Syrie, Genève, Sotchi, Ankara, Afrine (Syrie), Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik