International
URL courte
6223
S'abonner

Après des années de travail au poste de chef adjoint du secteur industriel et financier de la Mission d'administration intérimaire des Nations unies au Kosovo (MINUK), dont l’EULEX (mission de l’UE) a pris le relais dans les questions liées à l'État de droit, l’économiste allemand Martin Heipertz a écrit un livre, dont il parle à Sputnik.

Dans ce livre, le Kosovo est présenté comme une «zone aveugle» de l'Europe, et Martin Heipertz explique à Sputnik pourquoi.

«Je parle en conducteur qui ne voit pas ce qui se produit dans une zone aveugle. Cela se rapporte également au Kosovo. C'est ainsi que le problème est perçu tant à l'ouest qu'au centre de l'Europe. C'est une question qui est parfois soulevée pour retomber peu après dans l'oubli. Pourtant, le Kosovo ne doit pas se trouver dans une zone aveugle», a insisté l'interlocuteur de l'agence.

Selon ce dernier, le Kosovo était un projet inviable qui donne l'exemple d'un quasi-État.

«Quand je suis arrivé au Kosovo, la décision [sur la reconnaissance de l'indépendance, ndlr] avait déjà été adoptée. […] Pour moi, la meilleure solution pour le Kosovo aurait été le modèle du Tyrol, à savoir une autonomie. L'autonomie du Kosovo au sein de la Serbie. Or, je ne sais pas si cela aurait été possible, et s'il n'était pas déjà trop tard pour prendre une telle décision», a poursuivi l'Allemand.

Et d'ajouter que le temps était révolu pour revenir sur la décision adoptée en grande partie sous pression des États-Unis sur l'Europe.

«Je pense que l'Europe n'est pas à même de faire preuve de résistance nécessaire car elle manque d'unité intérieure. Il nous faut une alliance politique, soit un consensus politique à l'intérieur de l'Union européenne afin de pouvoir pratiquer une politique extérieure concertée. Et si besoin, pour réaliser cette politique même manu militari», a estimé l'interlocuteur de Sputnik.

Évoquant le «non paper» espagnol sur l'adhésion du Kosovo à l'UE, il a bien recommandé de ne pas mettre sur le même plan l'attitude de Madrid et celle de Bruxelles envers le Kosovo.

Lire aussi:

Un berger allemand défigure une ado en pleine séance photo d’un coup de mâchoire - images
Après de nombreuses péripéties, Erdogan annonce la fin de la réalisation de l’accord sur les S-400
L’homme et la femme les plus riches du monde sont Français, selon Forbes
Vladimir Poutine promet de «fermer la bouche ignoble» de ceux qui tentent de réécrire l’Histoire à l’étranger
Tags:
pressions, autonomie, politique internationale, pays, Sputnik, EULEX, MINUK, Union européenne (UE), Martin Heipertz, Tyrol, Serbie, Madrid, États-Unis, Europe, Kosovo
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik