Ecoutez Radio Sputnik
    En la base naval Mar del Plata tras la desapación del submarino argentino ARA San Juan

    Un amiral russe évalue les chances de retrouver des débris du sous-marin San-Juan

    © AP Photo / Esteban Felix
    International
    URL courte
    Sous-marin disparu en Argentine (43)
    2101

    Le sous-marin argentin San-Juan, disparu il y a plus de deux mois, pourrait couler à une profondeur de plus de 6.000 mètres et se désintégrer sous la pression de l’eau. Les chances de le retrouver s’approchent du minimum, estime l’ancien commandant de la Flotte russe de la Baltique, l’amiral Vladimir Valouev.

    L'ancien commandant de la Flotte russe de la Baltique, l'amiral Vladimir Valouev, a commenté les dernières informations relayées par les médias argentins concernant la disparition du sous-marin San Juan, disparu à la mi-novembre avec 44 marins à bord.

    «Selon les dernières informations, le sous-marin San-Juan pourrait couler à une profondeur de 6.200 mètres. Par hypothèse, une puissante explosion à son bord aurait provoqué la destruction de la coque. Ensuite, ayant perdu sa stabilité longitudinale, il a coulé à une grande vitesse. À cette profondeur, sa coque a certainement été détruite par la pression de l'eau», a-t-il affirmé.

    D'après lui, «les chances de retrouver des débris du sous-marin dans de telles circonstances s'approchent du minimum».

    «Les médias indiquent que le sous-marin San-Juan avait insuffisamment de planches d'oxygène tandis que les moyens de sauvetage étaient inexploitables. Dans ce cas-là, ce sont déjà des détails peu importants si l'on prend en considération toutes les circonstances de la catastrophe: l'arrivée de l'eau dans le bac d'accumulateur, ayant provoqué un incendie et une puissante explosion qui a immédiatement tuée tous les marins», a-t-il ajouté.

    Par ailleurs, l'amiral a déploré que de nombreux sous-marins ne soient retrouvés que des années plus tard.

    «En 1968, il a fallu six mois pour retrouver les débris du sous-marin nucléaire américain Scorpion, 30 pour ceux du sous-marin israélien Dakar, tandis que le sous-marin français Minerve n'a jamais été retrouvé», a-t-il conclu.

    Le 15 novembre, le commandement de la Marine argentine a perdu le contact avec le sous-marin diesel-électrique ARA San Juan. Il avait quitté le port d'Ushuaia avant de mettre le cap sur Mar Del Plata, à 400 kilomètres au sud de Buenos Aires.

    44 personnes se trouvaient à bord du sous-marin au lieu des 37 prévues normalement. Les sept personnes «en trop» n'étaient pas des sous-mariniers.

    On y trouvait notamment deux plongeurs-démineurs du Groupement de plongeurs tactiques (Buzos Tacticos) des forces spéciales de la Marine argentine et la première femme d'Argentine et d'Amérique latine officier sous-marinier, Eliana Maria Krawczyk, âgée de 35 ans, connue dans son pays comme la «reine des mers».

    15 jours après la disparition du sous-marin, la marine argentine a annoncé la fin de l'opération de sauvetage de son équipage, ajoutant que les recherches du sous-marin se poursuivraient.

    Dossier:
    Sous-marin disparu en Argentine (43)

    Lire aussi:

    Un amiral russe explique comment on peut retrouver le sous-marin argentin disparu
    Sous-marin argentin disparu: l’Argentine ne jette pas l’éponge
    Nouvelle piste à 1.000 mètres de profondeur pour le sous-marin San Juan disparu
    Tags:
    marins, explosion, recherches, disparition, sous-marins, ARA San Juan (sous-marin), Argentine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik