Ecoutez Radio Sputnik
    Le lieu de crash du Su-25 abattu en Syrie le 3 février 2017

    Su-25 russe abattu en Syrie: qui pourrait être derrière l’attaque?

    © AFP 2018 OMAR HAJ KADOUR
    International
    URL courte
    Irina Dmitrieva
    Un Su-25 russe abattu par les terroristes en Syrie (17)
    641188

    Revendiquée par des terroristes, l’attaque contre le Su-25 russe abattu en Syrie a été réalisée au moyen d’un missile sol-air, d’après le ministère russe de la Défense. Qui et pourquoi aurait pu organiser cette attaque dans une zone de désescalade? Il importe de replonger un peu dans les faits pour comprendre la situation.

    Un missile sol-air a abattu samedi un avion d’attaque au sol russe Sukhoi Su-25 alors qu'il survolait la zone de désescalade d'Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie. Avant d’être tué, le pilote a eu le temps d’informer ses supérieurs qu’il s'était éjecté dans une zone contrôlée par les terroristes du Front al-Nosra.

    L’attaque contre l’appareil militaire russe a été revendiquée par le groupe terroriste Hayat Tahrir al-Cham (ex-Front al-Nosra), ainsi que par le groupe rebelle Jaych al-Nasr (Armée de la Victoire), membre de l’Armée syrienne libre (ASL), qui a publié une vidéo montrant un avion en flammes.

    Après la destruction de l’avion, une question se pose: d’où proviennent les systèmes de missiles sol-air qui permettent aux terroristes d’abattre les avions?

    Selon le ministère russe de la Défense, il est question d’un système portatif de défense antiaérienne. Le parlement russe a appelé à établir s’il ne s’agissait pas d’une arme de fabrication occidentale.

    «Il faut comprendre d’où provient cette arme. S’il s’agit d’un missile Stinger, comment aurait-il pu se retrouver chez les terroristes du Front al-Nosra? D’après certaines informations, les États-Unis auraient livré des armes aux Kurdes. Il faut que Washington présente une liste complète des armes qu’il a livrées aux groupes armés. L’essentiel est d’établir si cette liste contient des systèmes de missiles sol-air», a déclaré samedi soir à Sputnik Igor Korotchenko, expert militaire et rédacteur en chef de la revue russe «Défense nationale».

    Fin janvier, les autorités turques ont affirmé que depuis quelques mois, Washington avait acheminé plus de 5.000 camions remplis d’armements aux miliciens kurdes de Syrie et qu’il envisageait de créer un couloir terroriste dans le nord de la Syrie. Il s’agit notamment de «missiles antichar Milan, TOW ou AT4», d’après Mete Yarar, spécialiste des questions de sécurité interrogé par Sputnik.

    Dans ce contexte, la Turquie a bombardé en janvier un aérodrome utilisé par les États-Unis pour livrer des armes aux Kurdes. Ankara mène depuis le 20 janvier une opération baptisée Rameau d’olivier dans le canton d’Afrine, au nord d’Idlib.

    Après la destruction samedi du Su-25 dans la province d’Idlib, le Pentagone s’est empressé d’affirmer qu’il n’avait pas livré d’armes sol-air à ses «partenaires» en Syrie. Les États-Unis et leurs alliés, les Forces démocratiques syriennes (FDS), «se consacrent à la lutte contre Daech», a indiqué Eric Pachon, porte-parole du Pentagone. Il a ajouté que les États-Unis n’avaient pas envoyé d’armes ni une quelconque autre aide aux Kurdes d’Afrine.

    Pourtant, il faut rappeler qu’en mai 2017, le Président Donald Trump a approuvé un plan de fourniture d’armes aux combattants kurdes pour reprendre Raqqa à Daech, malgré une forte opposition des Turcs. En plus, les FDS non seulement comprennent les Unités de protection du peuple kurdes (YPG), mais celles-ci en sont le fer de lance.

    Quant aux Kurdes d’Afrine, ils estiment que les terroristes d’Idlib bénéficient d’un soutien d’Ankara.

    «Tout le monde comprend qui appuie ces groupes terroristes. Les groupes d’Idlib sont encerclés et ne peuvent recevoir de l’aide que de la Turquie», a déclaré à Sputnik Rezan Hedo, porte-parole des YPG à Afrine, après avoir exprimé ses condoléances au peuple russe suite à la mort du pilote du Su-25.

    Quoi qu’il en soit, les attaques contre les militaires russes et notamment celles avec l’emploi d’armes sophistiquées se sont multipliées en Syrie ces deux derniers mois. Le 11 décembre, le Président Vladimir Poutine a constaté que les terroristes avaient essuyé une défaite en Syrie et a ordonné de retirer une partie des forces russes engagées dans l’opération antiterroriste dans ce pays.

    Le 31 décembre, l’aérodrome syrien de Hmeimim, qui abrite une base aérienne russe, a été la cible d’une attaque aux mortiers. Le 6 janvier, les djihadistes ont pour la première fois utilisé de manière massive des drones pour attaquer la base de Hmeimim et la base de soutien logistique des navires russes à Tartous. L'attaque a été repoussée. Sept drones ont été abattus, tandis que le contrôle de six autres avait été pris par des unités de guerre électronique. L’attaque avait été organisée depuis Al-Mouazzara, dans le sud-ouest de la zone de désescalade d'Idlib contrôlée par les formations armées de l'opposition dite modérée.

    Selon le ministère russe de la Défense, les solutions d'ingénierie auxquelles les terroristes ont eu recours ne pouvaient provenir que d'un pays possédant de hautes capacités technologiques.

    Les drones lancés contre les bases russes en Syrie
    © Sputnik . le ministère russe de la Défense
    Les drones utilisés à Hmeimim et à Tartous ressemblent beaucoup à ceux qui équipent l’armée américaine et qui avaient auparavant été découverts chez les milices kurdes, d’après des experts militaires turcs interrogés par Sputnik.

    Erdogan Karakus, lieutenant général à la retraite de l'armée de l'air turque, a notamment déclaré: «ce sont les États-Unis qui possèdent des drones capables de larguer des bombes et des obus utilisés habituellement par des avions». D’après M.Karakus, les drones utilisés lors de l'attaque contre les bases russes en Syrie étaient du même type que le matériel dont l'armée américaine était équipée.

    Fin janvier, l'armée syrienne a découvert des équipements de guerre radio-électronique d'origine occidentale dans l'arsenal des terroristes du groupe la Force du Martyr Ahmed al-Abdo éliminés près de la ville d'al-Tanf. Selon le Centre pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, les combattants entraînés par les Américains, dans un camp construit par le Pentagone en 2016, possédaient des brouilleurs et des émetteurs d’origine européenne ainsi qu’un grand nombre de munitions et de la littérature djihadiste.

    Une enquête devrait établir par quelle arme a été abattu le Su-25 russe en Syrie. Mais il est assez difficile d’acheminer des armes de ce type dans une zone d’hostilités.

    Selon Igor Korotchenko, «la Russie doit fermement déclarer aux pays occidentaux que toute livraison d’armes de ce type en Syrie, quel que soit le destinataire, sera absolument inacceptable pour elle».

    Dossier:
    Un Su-25 russe abattu par les terroristes en Syrie (17)

    Lire aussi:

    Avion russe abattu: Moscou riposte en ouvrant le feu dans la province d’Idlib
    Opération «Rameau d'olivier»: les premiers résultats de l'offensive turque à Afrine
    Moscou publie une vidéo de la frappe russe près d’Idlib, d’où le Su-25 a été abattu
    Tags:
    port de Tartous, aérodrome de Hmeimim, FIM-92 Stinger, Su-25, Forces démocratiques syriennes (FDS), Front al-Nosra, Hayat Tahrir al-Cham, Jaych al-Nasr, Armée syrienne libre (ASL), Forces d'autodéfense kurdes (YPG-YPJ), Erdogan Karakus, Mete Yarar, Turquie, Russie, États-Unis, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik