International
URL courte
1927
S'abonner

Si la décision du Tribunal arbitral du sport (TAS) de blanchir des sportifs russes ne signifie rien pour la commission du CIO, qui refuse d'inviter ces sportifs aux prochains JO de Pyeongchang, c'est que l'affaire sur le dopage en Russie a été motivée politiquement, d'après le Premier ministre russe Dmitri Medvedev.

Le Comité international olympique (CIO) a pris une décision honteuse en refusant d'inviter les sportifs russes propres aux Jeux olympiques à Pyeongchang, dans le but de «porter préjudice politiquement à la Russie», a déclaré lundi le Premier ministre russe Dmitri Medvedev.

«La commission du CIO a pris une décision honteuse, injuste, illégitime, amorale et politisée. La commission a piétiné la Charte olympique et les normes fondamentales du droit en refusant d'inviter nos sportifs qui ont été rétablis dans leurs droits par un tribunal sportif spécialement créé pour régler ces litiges», a indiqué M.Medvedev.

La commission a refusé lundi d'inviter à Pyeongchang les 15 sportifs russes bannis à vie par le CIO puis reconnus innocents en appel par le Tribunal arbitral du sport (TAS) et devenus ainsi éligibles pour les Jeux olympiques d'hiver 2018.

Le refus de la commission du CIO de respecter la décision du TAS montre que la politique l'emporte sur le droit, a ajouté le Premier ministre.

«Le dopage n'y est pour rien, c'est ridicule. On pouvait encore tolérer l'enquête politiquement motivée sur le dopage visant un seul État, la Russie. Mais le refus de la commission de respecter la décision du TAS est incompréhensible […]. Le business s'est d'abord imposé sur les principes hérités de Pierre de Coubertin au sein du CIO. A présent, la politique l'a emporté sur les normes du droit et de la bienséance. Je plains le mouvement olympique, les sportifs. À présent, on peut traiter n'importe quel sportif de cette manière. Je plains les supporters», a noté M.Medvedev.

Le 1er février, le TAS a donné raison à 28 des 42 sportifs russes ayant fait appel contre la décision du CIO de les suspendre à vie et d'annuler leurs résultats aux Jeux olympiques d'hiver 2014 de Sotchi. Sur ces 28 sportifs, seuls 15, dont deux entraîneurs, sont éligibles, les autres étant soit retraités, soit non-éligibles.

En décembre 2017, le CIO avait annoncé que les sportifs russes jugés «propres» seraient admis aux Jeux olympiques, mais auraient le statut d'athlètes olympiques de Russie et se produiraient sous les couleurs du drapeau olympique.

Lire aussi:

Sous-marins: Canberra et Washington réagissent au rappel des ambassadeurs français
«Injectés ou éjectés?»: 10e acte de manifestations contre le pass sanitaire que Macron compte alléger - vidéo
Le canon Caesar toujours aussi performant: Prague proche d’en commander 52 unités
«Vite Mon Prénom», le site qui moque la proposition de Zemmour
Tags:
Russie, Dmitri Medvedev, Comité international olympique (CIO), Tribunal arbitral du sport (TAS), JO 2018 de Pyeongchang, dopage, politique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook