International
URL courte
8244
S'abonner

Des habitants de la province turque d’Izmir ont tenu dimanche une action de protestation spontanée en face de la caserne de l’Otan à Buca. Le déroulement de cette action et ses raisons ont été évoqués pour Sputnik par des représentants des partis AKP et BBP.

La manifestation près de la caserne de l'Otan à Buca, dans la province d'Izmir (ouest de la Turquie), a été spontanée, issue d'un élan de défendre l'honneur d'un soldat, a affirmé à Sputnik Mustafa Cetin, vice-président de la section régionale du Parti de la justice et du développement (AKP, au pouvoir) à Buca.

«Nous avons été informés d'abord qu'un officier américain avait tenté d'empêcher l'accrochage d'un drapeau dans le secteur de la caserne [la maison de la famille du soldat turc tué est située en face d'une caserne de l'Otan, ndlr]. Après cette nouvelle, les habitants du quartier ont commencé à déployer encore plus de drapeaux turcs autour de la maison du militaire», a-t-il expliqué.

Mustaga Cetin a rappelé que la Turquie avait lancé une opération à Afrine et que, dans ces conditions, il était impossible de rester indifférent quand quelqu'un empêche d'accrocher un drapeau turc près de la maison du militaire mort en héros.

«C'est le territoire de la République de Turquie et, comme l'a dit le président de la section de notre parti à Izmir [Bülent Delican, ndlr], nous déploierons des drapeaux turcs sur l'ensemble des 780.000 km2», a-t-il souligné.

Erdem Öksüz, chef de la section Parti de la grande unité (BBP, nationaliste) à Izmir, a déclaré pour sa part à Sputnik que «par cette action, nous avons montré combien la mémoire de nos soldats tombés, nous est chère et sacrée.»

«Nous avons vécu un jour tragique hier. Le matin, nous avons appris la mort de notre militaire […] La déclaration du quartier général semblait dire que les militaires de l'Otan n'avaient pas essayé d'enlever le drapeau turc du bâtiment. Toutefois, nous sommes allés sur les lieux pour exprimer notre protestation», a-t-il indiqué.

Selon lui, les Turcs ont montré combien le souvenir des soldats tombés leur était cher et sacré.

«L'action de protestation que nous avons tenue n'était pas dirigée contre l'Otan. Mais quiconque cherchera, le jour en mémoire des militaires tombés sur le champ d'honneur, à nous empêcher d'accrocher le drapeau national se heurtera à une réaction semblable», a poursuivi Erdem Öksüz.

«Même s'il n'y a pas eu de tentative directe d'enlever le drapeau, nous avons prouvé que nous n'acceptions aucune manifestation, même la plus insignifiante, de non-respect envers notre drapeau», a-t-il noté pour conclure.

De nombreux habitants de Buca sont venus dimanche dans le quartier de Sirinyer où habitait le tankiste Muhammed Cihangir Cubukcu qui a trouvé la mort la veille au cours de l'opération des forces armées turques à Afrine en Syrie. Selon les médias turcs, ils se sont rassemblés en face de sa maison pour présenter leurs condoléances à la famille et ont accroché des drapeaux nationaux le long de la rue, y compris sur la caserne de l'Otan. Un officier américain a tenté d'enlever les drapeaux, ce qui a provoqué des protestations.

Ankara a lancé le 20 janvier dernier une opération, baptisée Rameau d'olivier, contre les Unités de protection du peuple (YPG) et le Parti de l'union démocratique (PYD) à Afrine, qui compte quelque 1,5 million de Kurdes et de réfugiés d'autres régions de Syrie. La Turquie considère toutes ces organisations comme terroristes. Des combattants de l'Armée syrienne libre (ASL) prennent également part à l'opération.

Lire aussi:

Ces armes russes qui font de l’Algérie une puissance militaire régionale
Un homme battu à mort dans une cité de Marseille
Cette photo prise dans une unité Covid-19 devient virale
Dans l’affaire Adama Traoré, l’une des expertises dédouanant les gendarmes est annulée
Tags:
drapeau, manifestation, Rameau d'olivier, Sputnik, Parti de l'Union démocratique (PYD) kurde syrien, Unités de protection populaire kurdes (YPG), OTAN, Parti de la justice et du développement (AKP) turc, Afrine (Syrie), Syrie, Izmir, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook