Ecoutez Radio Sputnik
    Cérémonie à la mémoire du pilote Roman Filipov mort en Syrie

    Su-25 abattu: une tentative de porter atteinte aux relations turco-russes?

    © Sputnik . Alekseï Malgavko
    International
    URL courte
    16192

    L’incident de l’avion russe abattu au-dessus de la zone de désescalade d’Idlib soulève des questions sur la provenance et les canaux d’acheminement de systèmes portatifs aux terroristes, ainsi que sur la réponse éventuelle de la Russie et de la Turquie. Des experts turcs exposent leur vision de la situation à Sputnik.

    Une deuxième attaque contre les forces armées russes en Syrie a été menée depuis le territoire sous contrôle du groupe terroriste Front al-Nosra. Après une attaque de drones contre la base aérienne de Hmeimim, les terroristes ont ciblé un avion russe. L'avion a été abattu avec un système de missiles sol-air portatif ce qui pose la question de sa provenance et des voies de livraison de ces systèmes aux terroristes.

    Selon le directeur de l'Institut d'études stratégiques d'Ankara ANKA, Rafet Aslantas, le système utilisé contre l'avion russe pourrait provenir des détachements kurdes armés par les États-Unis. Il estime que l'utilisation d'un tel système n'a rien d'étonnant.

    «Les quantités d'armes fournies dans la région sont telles qu'elles pouvaient passer librement d'un groupe terroristes à un autre par le biais des combattants qui ne restent jamais sur place. Aujourd'hui ils combattent avec ces armes au sein d'un groupe et demain, au sein d'un autre», souligne l'expert.

    Il a ajouté que les éléments militaires des États prônant la mise en place d'une zone de désescalade et des postes d'observation à Idlib étaient confrontés à une menace directe et à une tentative de torpiller leurs efforts. Le fait qu'à quelques jours d'intervalle un char turc ait été détruit donnait à réfléchir.

    Pour que la zone de désescalade d'Idlib soit vraiment libre d'affrontements, il faut que tous les pays participant aux négociations d'Astana conjuguent leurs efforts.

    «Nous allons bientôt voir les intentions réelles de toutes les parties impliquées. Sont-elles, les États-Unis compris, sincères dans leur volonté de créer une zone de désescalade? Ou bien les États-Unis nourrissent-ils d'autres projets au sujet de ce territoire? Quelle est la position des pays européens? Il est évident que la Turquie et la Russie honoreront leurs engagements relatifs à la zone de désescalade, mais si d'autres acteurs tentent de torpiller ce processus, les affrontements et le chaos se poursuivront», conclut M.Aslantas.

    Oytun Orhan du Centre d'études stratégiques proche-orientales (ORSAM) a évoqué la façon dont les systèmes de missiles portatifs s'étaient retrouvés entre les mains des terroristes. Selon lui, l'idée que les armes proviennent des États-Unis est la plus probable.

    «En témoignent les données d'après lesquelles le groupe qui a abattu l'avion fait partie des éléments précédemment armés et formés dans le cadre d'un programme de soutien américain», raconte Oytun Orhan.

    Selon lui, il est difficile d'imaginer que les systèmes portatifs pourraient être livrés en Syrie par des forces autres que les États-Unis. Sans être sûr à 100%, il suppose cependant que l'attaque contre l'avion russe pourrait être envisagée comme la poursuite de l'attaque de drones contre la base de Hmeimim.

    Le message envoyé à la Russie par cette dernière attaque est apparemment lié à la préoccupation des États-Unis par l'opération turque à Afrine », a signalé l'expert qualifiant cette attaque de tentative de torpiller les négociations d'Astana et de porter atteintes aux relations turco-russes.

    «À mon avis, les tentatives précédentes du même genre, comme l'attentat contre Andreï Karlov et les attaques contre la base de Hmeimim, ont eu un effet contraire: la coopération entre nos deux pays s'est renforcée», a conclu Oytun Orhan. 

    Lire aussi:

    Syrie: la Turquie prépare-t-elle une opération à Idlib?
    Avion russe abattu: où s’approvisionnent les terroristes?
    Zakharova évoque l’examen du système portatif qui a abattu le Su-25 russe en Syrie
    Tags:
    zone de désescalade, aérodrome de Hmeimim, Front al-Nosra, Idlib, Syrie, Russie, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik